Le DISCOURS du SNES 84 A LA MANIF DU MARDI 29 AVRIL 2008-

A la rentrée 2008, 82,5 postes d’enseignants seront supprimés dans les
40 collèges et 12 lycées généraux du Vaucluse pour un nombre
d’élèves pratiquement stable et alors que le Vaucluse avec ses 43,3%
de collégiens défavorisés est le département de l’académie qui
scolarise le plus grand nombre d’élèves en difficulté.

Ces 82,5 postes font partie des 11 000 postes supprimés dans l’Éducation
Nationale à l’échelle de la France. Il est prévu d’en supprimer 20 000
par an pendant quatre ans, alors que les besoins existent et seront
assurés en heures supplémentaires voire par le rappel de retraité(e)s !

Quelles en seront les conséquences pour les établissements ?

• 24 classes fermées dans les 40 collèges vauclusiens et 9 secondes
fermées dans les 12 lycées

• Des effectifs plus nombreux dans chaque classe.

• Des soutiens( souvent en français et mathématiques) qui
disparaissent

• Des difficultés pour remplacer les professeurs absents car le volant
de remplaçants diminue sans cesse.

• Une moins bonne prise en charge individuelle de chaque élève.

• Une réduction de l’offre de formation

1. dans les collèges en recentrant les enseignements sur le socle commun

2. dans les LEP, en faisant disparaître des formations de BEP,

3. dans les lycées, en voulant diminuer de 25% les horaires

En clair, des conditions de travail très dégradées pour les élèves,
mais aussi pour les personnels, notamment avec la mise en place de la RGPP ( réforme générale des politiques publiques) qui préconise pour les
enseignants la bivalence, l’annualisation des services, la
multiplication des taches.

Dans toute la France, les inquiétudes montent face à cette politique.
A terme, l’Éducation Nationale est en grand danger : moins de profs,
moins de personnel de surveillance donc baisse de la qualité
d’enseignement et d’encadrement des élèves. Certaines familles auront
la tentation de se tourner vers le privé ou d’avoir recours à des cours
de soutien.

Cela a un coût et engendre une éducation à deux vitesses.
Au SNES, nous nous sommes toujours battu pour un service public
d’Education de qualité qui permette à tous les élèves de réussir,
c’est pourquoi, nous sommes encore là aujourd’hui et que nous avons
mis en place un plan d’action bien fourni jusqu’à fin mai.

C’est ainsi que dés jeudi 1er mai, nous appelons à manifester à 10h30 gare centre à Avignon avec l’intersyndicale composée de la FSU, CGT, FO,
l’UNSA , SUD, les parents d’élèves FCPE et les lycéens de l’UNL
et que tous ensemble nous appellerons à la grève et à la manifestation
le jeudi 15 mai à 10h30 gare centre pour une politique éducative
ambitieuse.

Enfin, manifestons à Paris le 18 mai contre les suppressions de postes,
pour une autre évolution de nos métiers que ce que nous propose Pochard,
contre la réduction de l’offre de formation en diminuant , notamment de
25% les horaires des lycéens. Inscrivez vous dans le TGV qui partira
d’Avignon pour aller réclamer à Paris un collectif budgétaire qui
nous permette un service public d’Education de qualité.