26 janvier 2008

L’actualité syndicale

Baccalauréat : la reconquête du mois de juin ?

La reconquête du mois de juin pourrait s’intituler aussi comment mieux se débarrasser du bac comme examen national et anonyme en démontrant l’impossibilité de le réformer.

En effet, Darcos met en place un dispositif qui touche particulièrement les départements expérimentaux comme le Vaucluse mais aussi tous les lycées, qui concerne à la fois le calendrier du bac et celui des conseils de classe.

Ce même ministre qui veut « reconquérir » quelques heures de cours en juin, envisage pourtant dans le même temps de réduire de façon drastique les horaires élèves en lycée : passer de 1200 heures annuelles à 900, pour honorer son mandat, à savoir supprimer d’ici à 2012 80 00 postes d’enseignants...

Tout ce qu’il faut savoir :

A/extraits du BO n° 46 du 20 décembre 2008

Les épreuves écrites du premier groupe sont fixées aux dates suivantes :

- les 16, 17, 18, 19 et 20 juin 2008 pour le baccalauréat général (séries L, ES et S), dans l’ordre et selon l’horaire définis en annexe I ;

- les 16, 17, 18, 20, 23 et 24 juin 2008 pour le baccalauréat technologique

Les épreuves écrites de français et littérature, français, mathématiques-informatique et enseignement scientifique, qu’elles soient subies au titre de la session 2008 ou par anticipation au titre de la session 2009, sont fixées au vendredi 20 juin 2008.

Fin des épreuves

Dans toutes les académies les sessions se termineront, au plus tard :
- le mardi 8 juillet 2008 pour ce qui concerne le diplôme national du brevet ;

- le vendredi 11 juillet 2008 pour ce qui concerne les baccalauréats général, technologique et professionnel et le brevet de technicien.

Tous les personnels participant au bon fonctionnement de l’organisation des examens devront assurer leurs fonctions jusqu’à cette date.

B/ Une expérimentation a lieu dans plusieurs départements : dans le Vaucluse dans notre académie.
L’objectif est de faire passer le bac, tout en continuant les cours de première et de seconde !

Les collègues corrigeront les copies (ou feront passer l’oral ?) en même temps qu’ils assureront les cours de seconde...
On leur a promis moins de copies. Mais cela sera-t-il possible dans les disciplines très tendues toutes les années, soit en Lettres, histoire géo par ex ( je ne parle pas de la philo, puisque nos collègues qui ont le plus grand nombre de copies à corriger, soit le double des disciplines les plus chargées, ne sont pas concernés par les cours à poursuivre en seconde.

C/ Attention : c’est toute la fin de l’année scolaire qui est bouleversée pour tous : ce qui suit vaut donc pour toute l’académie.

- Le bac étant (encore) national, le ministère a décalé le calendrier du bac de 8 jours par rapport aux autres années, pour permettre la fameuse expérimentation : moins de temps pour corriger, et départ en vacances 8 jours plus tard...

- les conseils de classe devront avoir lieu le plus tard possible, dans la 2° quinzaine de juin, dixit Darcos. Or, l’écrit du bac commence le 16 juin. Il ya donc deux solutions : faire les conseils en même temps que la surveillance du bac, ou faire les conseils pendant les corrections et/ou oraux du 1er groupe... L’idée est que les élèves de seconde seront ainsi présents partout jusqu’au samedi 14 juin ( et bien plus tard dans le Vaucluse !).

Nos technocrates ignorent sans doute que les salles d’examen doivent être préparées à l’avance. A moins CPE et surveillants travaillent le dimanche !

- Cela vaut pour les premières aussi, mais peut-être l’administration va se rendre enfin compte que les premières passent des épreuves anticipées, fixées quand même le plus tard possible, soit le 20 juin .

Jusqu’à présent, c’était le lendemain de la 1° épreuve, celle de philo, ce qui laissait un jour de répit aux élèves, fort utile pour eux. Désormais, les élèves vont enchaîner toutes les épreuves (se reporter au calendrier !).

On a sans doute penser que les élèves de première auront cours jusqu’au 19 juin dans le Vaucluse...

- toujours à propos des épreuves anticipées de 1°, les élèves vont composer toute la journée (8h-12h puis 14h-18h). Ceux qui bénéficient d’un tiers temps devront travailler en continu...

- Il faut rappeler qu’après les conseils, il y a la procédure d’appel, et puis d’affectations pour les élèves qui sont réorientés ( une partie non négligeable d’élèves de seconde)...

Le SNES est intervenu fortement :

- au niveau national : protestations au CSE, courrier envoyé demandant la révision du calendrier...

- au niveau académique, nous avons plusieurs groupes de travail prévu sur ce sujet, à notre demande, dans les prochains jours. Il s’agit de limiter au maximum les dégâts, le niveau académique devant se caler dans le calendrier national.

Le SNES a rencontré M Le Recteur au sujet du calendrier du baccalauréat (dont nous avons dénoncé le report) et du calendrier de fin d’année (conseils de classe, orientation, examens, phases d’ajustement...), le Recteur a accepté que des groupes de travail soient créés pour rechercher les moyens d’amortir les effets du calendrier national au niveau académique (dates des réunions d’harmonisation, des jurys, de saisie des notes, de délais de correction ...).

Les tournées de répartition des copies entre les centres d’examens seront par exemple doublées pour permettre de préserver le temps de correction.

Un groupe de travail sera également installé au sujet de l’expérimentation du maintien des cours pendant les épreuves du bac dans les lycées du Vaucluse. Nous avons dénoncé les conséquences de cette expérimentation sur la charge de travail des enseignants, la désorganisation des établissements, les nuisances causées aux candidats et les risques de dysfonctionnement.

Une délégation du SNES Vaucluse et de lycées Vauclusiens sera reçue prochainement.

Mais il serait bon que dans chaque établissement, les S1
- rencontrent les chefs d’établissement et abordent cette question avec eux : comment organiseront-ils les conseils ? La surveillance ? le secrétariat du bac ?etc.
- organisent aussi la protestation : faire connaître cette situation aux parents d’élèves ; interpellent l’inspection le cas échéant...

Pour le moment, au niveau académique, rien n’est arrêté définitivement... Sauf le calendrier national.

Exemple de problème à résoudre : sachant que le nombre de professeurs de lettres est déjà limite pour l’EAF, qu’ils récupèreront leurs copies dès le samedi 21 juin, feront-ils passer les oraux la semaine suivante, ou bien corrigeront-ils d’abord leur copie puis feront passer les oraux ensuite, soit début juillet ?
Est-il possible de caler les jurys le 4 juillet ( un vendredi) et les oraux les 7 et 8 juillet ?

Réponses dans les prochains jours...