Bilan chiffré du mouvement intra-académique 2010.

La mobilité remise en question par la baisse des postes disponibles !

Depuis 2003 nous avons une baisse constante des postes dans notre académie de l’ordre de 10%, cela représente 1708 emplois supprimés. De plus, pour cette rentrée, plus de 200 postes ont été soustraits au mouvement pour être réservés aux lauréats des concours, contraints d’exercer à temps plein.

En conséquence, cette année nous avions 2057 demandeurs de mutation contre 2823 l’an dernier, cela représente une baisse de presque 30 %. Devant la diminution des postes, les collègues hésitent à demander leur mutation au risque de s’exposer à un complément de service ou à une mesure de carte scolaire l’année suivante.

Cette année, nous avions 286 entrants dans notre académie, le plus souvent des jeunes titulaires qui n’ont été mutés pour 10 % d’entre eux sur aucun de leurs 20 vœux.

Pour les collègues qui étaient déjà sur Aix-Marseille, sur les 1771 demandeurs, seulement 443 ont décroché une mutation soit 25 %, mais seul 247 d’entre eux soit 14 % sur l’un des trois premiers voeux.

Quant aux TZR, sur les 529 demandeurs, 30% seulement ont obtenu une mutation.

Le SNES continue à œuvrer pour qu’un nombre plus important de postes soient implantés au mouvement, en s’appuyant en particulier sur le refus collectif des heures supplémentaires, pour limiter la part et la nature des compléments de services, pour améliorer le repli des collègues ayant perdu leur poste.