19 décembre 2012

Notre vie syndicale

Bilan de la grève du Jeudi 31 janvier : vers l abrogation du jour de carence

Trois points sont mis en avant dans la plate-forme : l’emploi, les conditions de travail et le jour de carence.

Pour le SNES, il s’agit d’obtenir l’abrogation du jour de carence, de peser en faveur du pouvoir d’achat et de revaloriser bons professions alors que les recrutements buttent sur le manque d’attractivité de nos métiers. Les conditions de travail, et en particulier les conséquences des logiques de management importées du privé au coeur de nos établissements, seront également dans notre plateforme.

Il s’agit d’une grève nationale de toute la fonction publique, avec une manifestation organisée à Marseille à 10 h sur le Vieux-Port.

Bilan de la grève du jeudi 31 janvier 2013

Lire le communiqué national de bilanen cliquant ici

Dans notre académie, le Rectorat a annoncé 1 % de grévistes dans les lycées professionnels, 11 % dans les collèges, 12 % dans les lycées et 24% dans les écoles.
Le SNES-fSU estime le taux de grévistes à 25 % des personnels attendus.
La manifestation marseillaise a réuni 3000 manifestants.

Cette grève a été l’occasion d’alerter sur les difficultés de pouvoir d’achat, les conséquences délétères du jour de carence, la dégradation des conditions de travail du fait des réformes sarkozystes et du management. La bal est maintenant dans le camp de Madame Lebranchu, ministre de la Fonction publique.

Concernant les sujets éducatifs (crise de recrutement, loi d’orientation, décentralisation de l’orientation scolaire et de la formation professionnelle, ...) le SNES-FSU entend poursuivre son action en interpelant les élus, sénateurs et députés, qui vont voter la loi en mars pour qu’ils entendent les revendications des collègues sur le terrain et qu’ils ne se laissent pas leurrer par les discours idéologiques d’organisations qui ne sont pas représentatives du second degré. Il propose par ailleurs à l’ensemble des partenaires une grande initiative nationale en mars, au moment de l’étude de la loi au Parlement, pour porter une ambition plus grande pour nos métiers et nos élèves.
Dans l’immédiat, le SNES-FSU soutient l’action des personnels du premier de gré et de leur syndicat majoritaire, le SNUipp-FSU, pour que la nécessaire évolution des rythmes scolaires du premier degré ne se fasse pas au détriment des personnels.

Par contre, le SNES-FSU ne s’associe pas à l’appel à la grève d’autres organisation syndicales qui appellent les personnels de second degré à se mettre en grève le mardi 12 février sur la question des rythmes scolaires du premier degré, pour le retrait du projet de loi d’orientation Peillon, ce qui dans l’immédiat revient à demander le maintien de la loi d’orientation Fillon que nous avons combattue pendant 7 ans.

Ce que le SNES Aix-Marseille pense du projet de loi d’orientation :lire ici


Article antérieur, présentant la grève du 31 janvier 2013 :

Communiqué commun FSU CGT et Solidaires Une journée d’action dans la Fonction publique pour peser sur les négociations

Les organisations syndicales CGT, FSU, Solidaires, de la Fonction publique ont
fait le point sur l’agenda social et les discussions en cours.

Si, ensemble, elles se félicitent que la Ministre souligne son attachement à la Fonction publique, à ses valeurs de progrès social, au rôle de ses personnels,

Si elles notent des améliorations dans la qualité du dialogue social,

Si elles estiment positives quelques mesures déjà prises comme, par exemple, l’abrogation du décret sur la réorientation professionnelle, Elles considèrent que sur les enjeux essentiels, aucun début de réponse satisfaisante n’est au rendez-vous.

Cela est inacceptable.

• Sur l’emploi, les créations – qui vont dans le bon sens – dans certains secteurs ne sauraient masquer les suppressions qui continuent dans d’autres et la situation alarmante de pans entiers de la Fonction publique.

• Sur les salaires et le pouvoir d’achat, alors que les bas salaires se multiplient
(plus d’1 million d’agents aux environs du SMIC), que les déroulements de carrière sont souvent inexistants, que les qualifications ne sont plus reconnues, aucune mesure générale n’est envisagée et, en particulier, la valeur du point est toujours gelée.

• Le jour de carence, mesure inique et inefficace, condamnée par tous les syndicats et le mouvement mutualiste, rejetée par la majorité actuelle lorsqu’elle a été mise en place, n’est toujours pas abrogé.

Il est urgent et indispensable de changer de cap ! La crise ne peut pas servir de prétexte pour ne pas répondre aux légitimes revendications des agents publics.

A l’évidence, seule l’intervention des personnels permettra d’obtenir les avancées indispensables sur ces questions majeures.

C’est pourquoi, nos organisations syndicales CGT, FSU, Solidaires, ont décidé d’une première étape unitaire de mobilisation dans la Fonction publique. Elles appellent à faire du jeudi 31 janvier une journée nationale d’action.

Pour notamment :

• Un moratoire immédiat sur les suppressions d’emplois, et des créations partout où cela est nécessaire

• Conforter et développer la Fonction publique et les services publics

• Une augmentation urgente de la valeur du point d’indice ;

• L’abrogation du jour de carence.

Nous appelons nos organisations à préparer ensemble la mobilisation la plus large possible construite selon des modalités décidées avec les agents (grève, manifestations,rassemblements,…).

Une nouvelle réunion unitaire est prévue au niveau national le 9 janvier prochain. Le présent appel constitue une base qui, à cette occasion, pourra permettre un élargissement éventuel à d’autres organisations.

Paris, le 19 décembre 2012