Vendredi 17 décembre, les représentants des personnels de toutes les organisations syndicales ont quitté la salle lors du groupe de travail Mutations intra pour protester contre le dispositif CLAIR et sa partie « gestion des personnels »

SNEP-FSU SNES-FSU - SNUEP FSU - CGT Educ’action SE-UNSA SNCL-FAEN

SNUEP-FSU SNFOLC SUD Education SGEN-CFDT SIAES SNETAA-FO - CNT Education

C’est CLAIR, c’est toujours non !

Suite aux « Etats Généraux de la sécurité à l’école » d’avril 2010, le ministre de l’Education nationale a décidé de lancer autoritairement l’expérimentation CLAIR (Collège et Lycée pour l’Ambition, l’Innovation et la Réussite) censée remédier aux difficultés rencontrées dans les établissements.

Les organisations syndicales CGT Educ’action 13, SE-UNSA Aix-Marseille, SNCL Aix-Marseille, SNEP-FSU 13, SNES-FSU 13, SNUEP-FSU 13, SNFOLC 13, SUD Education 13, SGEN-CFDT Provence Alpes, SIAES, SNETAA-FO 13 et CNT Education 13 constatent que ce dispositif a été imposé dans 105 établissements.

Depuis des semaines, les personnels, avec leurs organisations syndicales, ont exprimé leurs désaccords à tous les niveaux -en CA, CAPA et CCP, dans des rassemblements, des interventions, des pétitions-, et pour beaucoup, leur volonté de sortir de ce dispositif.

La situation actuelle et la préparation de la rentrée prochaine inquiètent fortement les personnels : non respect de leurs statuts, moyens pour l’Education prioritaire remis en cause, indemnités à géographie variable, rupture de contrats des personnels non titulaires, diminution des personnels en vie scolaire, AED et CAE…

Les organisations syndicales considèrent que le dispositif CLAIR est un laboratoire de déréglementation des établissements, des statuts, et de dérégulation de la gestion des personnels accentuant la caporalisation des enseignants et les entraves à la liberté pédagogique pourtant inscrite dans la loi. Dans ce cadre, le nouveau préfet des études, supérieur hiérarchique des enseignants, est très largement contesté.

Elles rappellent que 4 établissements sur les 10 du département ont déjà demandé officiellement à sortir de l’expérimentation :

- Les collèges Versailles et Jules Ferry par un vote au CA

- Les LP Colbert, la Floride et Schuman par un vote en AG des personnels et par une pétition très majoritairement signée.

- Dans les autres établissements, c’est bien souvent le chantage ou les pressions des chefs d’établissements qui empêchent le refus de ce dispositif de s’exprimer.

Elles rappellent que lors de l’audience au rectorat du 24/11 à ce propos, il a été répondu que le recteur ne laisserait pas pourrir la situation, et qu’aucune suite n’a été donnée depuis.

Nous relevons le paradoxe suivant : alors même que le dispositif CLAIR prône l’autonomie des établissements, le ministère refuse d’entendre l’expression démocratique de ces mêmes établissements qui souhaitent sortir du dispositif.

Ce dispositif ne répond pas aux besoins des élèves. Il ne peut servir de « modèle », notamment pour l’Education prioritaire de demain. Il doit être abandonné.

C’est pourquoi l’ensemble de ces organisations syndicales demandent le retrait de la circulaire n°2010-096 du 7 juillet 2010 sur le dispositif CLAIR et l’abandon de toute pression à l’égard des personnels.

Marseille, le 16 décembre 2010