4 novembre 2013

Notre académie, nos établissements

Calendrier scolaire : rattrapage ? Questions/ Réponses

Ci-dessous une pétition à faire signer dans votre établissement

Année scolaire 2014 :

Le SNES-FSU a obtenu du Ministre Hamon le report de la prérentrée, initialement prévue le vendredi 29 août 2014, au lundi 1er septembre 2014, sans rattrapage. La rentrée des classes pour les élèves se déroule à compter du mardi 2 septembre.

A ce stade, les pré-rentrées des années scolaires 2015 et 2016 sont toujours prévues en août. Il faut donc continuer à défendre cette idée : la pré-rentrée, comme la rentrée, c’est en septembre !

Année scolaire 2013 / 2014 : Demi-journées de rattrapage des 13 novembre et du 11 juin : questions / réponses

Pourquoi ?

Parce que la loi prévoit 36 semaines pleines de cours (hors jours fériés).
Depuis le passage à 15 j des congés de la Toussaint, la journée de pré-rentrée n’est plus compensée.
Or, les fédérations de parents d’élèves exigent 36 semaines pleines.
Au CSE de l’an dernier, l’administration a proposé un calendrier scolaire 2013 / 2014 avec une prérentrée en août, de telle sorte que les élèves fassent leur rentrée le lundi 2 septembre, ce qui a été repoussé.
L’administration s’est donc rabattue sur le calendrier scolaire qui nous occupe en ce moment, avec ces deux demi-journées de rattrapage, les 13 novembre et 11 juin.

Que rattrape-t-on ?

Il n’est pas question cette année de rattraper les deux jours supplémentaires des vacances de la Toussaint, contrairement à ce qui a été fait dans l’urgence l’an dernier : il s’agissait d’un calendrier de transition, ce qui n’a plus lieu d’être cette année.
On rattrape par contre les cours du lundi 2 septembre, journée qui manque pour compléter la première semaine de l’année.
Ce sont donc les cours d’un lundi de semaine A qui doivent être utilisés pour établir les emplois du temps des demi-journées de rattrapage. Les établissement ont reçu lundi 4 novembre une consigne explicite en ce sens, suite à l’interpellation du Recteur lors du Comité Technique Académique du 18 octobre 2013 (lire ici)

Est-ce praticable ?

Non, ça ne l’est pas ! Car la communication de l’Institution a été particulièrement ambiguë et fluctuante, entraînant de la désorganisation dans les établissements. Car il y a des établissements où les cours ont déjà lieu normalement le mercredi après-midi, car les élèves ont des activités peri ou extra-scolaires ces jours-là, car la vie de famille implique, pour les professeurs comme pour les élèves, des contraintes fortes sur les mercredi. Le bilan des dispositifs comparables de l’an dernier est sans appel : le rattrapage n’a pas été organisé partout, et l’absentéisme a été fort là où il a été mis en oeuvre. L’Institution ne doit pas reproduire les mêmes erreurs.

Est-ce accompagné d’un « rattrapage salarial » ?

S’il manque une journée de classe pour les élèves, la journée du lundi 2 octobre est déjà une journée travaillée pour les professeurs qui étaient réunis en pré-rentrée. S’il faut la refaire, alors l’employeur ne pourrait-il rémunérer les personnels, par exemple en HSE ? Cela est tout-à-fait possible et cela serait juste. Les enveloppe disponibles dans les établissements sont suffisantes, et près d’un tiers des HSE ne sont pas utilisées année après année. A défaut, on peut prendre en compte de ces demi-journées de rattrapage pour la journée de solidarité.

En l’absence de rémunération spécifique, que faire ?

Si l’établissement s’obstine dans une mise en oeuvre au cordeau de cette mesure, et s’il refuse de mettre en place une rémunération spécifique, alors il faut s’emparer du préavis national de grève déposé par le SNES. L’administration se permettrait-elle alors d’opérer un (voire deux) retrait du trentième indivisible (un retrait pour un trentième le 13 novembre, un retrait pour un trentième le 11 juin, soit deux journées de grève prélevées) alors que la journée du lundi 2 septembre a déjà été travaillée ?

Et après ?

Le ministère prévoit des prérentrée fin août afin d’éviter ce problème des rattrapages en cours d’année, pour les trois prochaines années scolaires. Le remède est donc pire que le mal puisque la prérentrée le vendredi impose aux familles d’écourter leurs congés de façon importante et impose d’être rentré le jeudi pour une reprise des cours le lundi (sans parler des difficultés de locations saisonnières qui vont du samedi au samedi).

Derrière la question du rattrapage, c’est donc bien la question du temps de travail et du salaire des professeurs qui est posée : le symptôme « rattrapage » doit nous convaincre qu’il nous faut nous emparer de ces questions là.

Adhésion en ligne : http://www.snes.edu/Telecharger-votre-Bulletin-d,21526.html