26 septembre 2010

Catégories

Contrats précaires : Colère et mobilisation au collège Vallon des Pins

L’effort de guerre est lourd cette année ! Nous avions déjà appris avant les vacances d’été que deux contrats d’Assistant Pédagogique (un temps plein) et un d’AED à mi-temps ne seraient pas reconduits, ce qui promettait une rentrée difficile. Mais quand nous avons été informés en septembre que les CAE (agent d’entretien, cantinière, secrétaire et personnel de vie scolaire) ne seraient pas renouvelés non plus, c’est la révolte et la colère qui ont pris le dessus.

Lors de l’heure d’information syndicale du lundi 20 septembre, avec une participation massive des personnels pour faire un tour d’horizon des opinions et ressentis de chacun, nous avons décidé de passer à l’action. L’occasion s’est présentée le jour même, puisqu’une réunion parents professeurs était prévue. Nous avons distribué des tracts et expliqué clairement la situation à des parents qui se sont montrés très réceptifs et ont décidé de se mobiliser avec nous dès le surlendemain.

Grâce à ce travail d’information, le mercredi 22 septembre à 12h30 nous étions une cinquantaine (profs, vie scolaire, parents) à nous rassembler devant la grille du collège pour faire entendre notre inquiétude à l’annonce de la non reconduction de 6 contrats CAE en vie scolaire, 2 en cantine et 1 en entretien ainsi que d’un contrat d’Assistant pédagogique. La Provence et la Marseillaise se sont déplacées et ont relayé notre action dans leurs éditions du lendemain.

Jeudi 23 septembre nous étions 60% d’enseignants à être grévistes.

A 15h30, une délégation de trois enseignants accompagnée de Séverine Vernet du S3 a été reçue à l’Inspection Académique par M Ricard et M Pujol. Nous avons été écoutés avec attention et même compassion.

Nous avons recueilli quelques informations positives : les contrats CAE dépendant du Conseil Général ne sont pas en danger (les 2 postes en cantine et celui d’entretien sont donc conservés).

En ce qui concerne les CAE vie scolaire, le problème de la répartition des moyens attribuables a été invoqué ainsi qu’une enveloppe revue à la baisse à cause de la contribution de 30% du salaire (au lieu de 10% précédemment) du Ministère de l’Education Nationale pour ces postes.

Ainsi, avec le budget actuel, il est possible d’avoir 1285 postes dans les Bouches du Rhône. Une réunion avec les recteurs qui se tiendra le 5 octobre débouchera (peut-être) sur la reconduction de certains contrats.

Nous attendons donc cette date avec impatience, car dans l’immédiat, que dire aux parents, très inquiets de la situation ? Et que dire à nos collègues de vie scolaire qui ne savent pas s’ils auront encore un emploi dans quelques semaines...?

Nous défendons bien évidemment l’emploi de ces collègues même si celui-ci est précaire. Mais sur le fond, nous revendiquons la création de postes budgétaires dans la fonction publique d’Etat (enseignants, AVS, personnels de vie scolaire), et la fonction publique territoriale (TOS), le retour au statut d’étudiant-surveillant, seule réponse pour la résorption de la précarité et pour assurer un fonctionnement satisfaisant des établissements.

Il est évident qu’avec des perspectives de carrière aussi sombres nombre de collègues voient le recul de l’âge de la retraite comme une calamité de plus ! Comment espérer accumuler encore plus d’annuités avec un système qui cherche de plus en plus à empêcher les gens d’avoir un emploi stable ?

Pour le collège Vallon des Pins

Fanny TAILLEU et Catherine FUCHS