La combativité du SNES et de la FSU a contraint le Ministère à sortir d’un monologue social très préjudiciable à la « volonté » présidentielle de réduire la précarité notamment par la titularisation.

Les lettres et pétitions des non titulaires adressées au Ministère, aux députés, les saisies des Tribunaux administratifs, les rassemblements, manifestations et actions sans relâche qui ont été menés ont enfin permis la tenue d’un Comité Technique Paritaire Ministériel le 7 juillet !

Les représentants du SNES ont pu manifester leur insatisfaction de n’y trouver que peu de réponses quant à la situation des non titulaires et aux propositions de titularisation selon les mandats de notre organisation.

Un élargissement de l’accès au CDI, la possibilité de mise en place d’un pseudo-statut, la reconnaissance de l’illégalité de la vacation mais sans l’assurance d’en interdire l’usage aux Rectorats... voilà la teneur de propos bien décevants... Le SNES a donc dénoncé cette légèreté, exigé et obtenu des réunions et 4 groupes de travail dont le premier se tiendra fin septembre.

Dans notre académie, cette année de lutte a porté ses fruits ! Lors de la CCP du 12 mai, un seul licenciement dans un GRETA déficitaire avec requalification du collègue, 4 non renouvellements de CDD avec ancienneté.

Mais les commissaires paritaires du SNES ont dénoncé l’éviction de nombreux néo recrutés qui n’ont pu bénéficier ni de soutien, car les dispositifs comme les DIAS s’étiolent peu à peu, ni de formation ou d’accompagnement.

Comme chaque année, les groupes de travail d’affectation des non titulaires ont permis aux commissaires paritaires non titulaires du SNES d’apporter des améliorations mais ils ont découvert avec indignation qu’une quinzaine de postes avaient été attribués sans aucune transparence, ni respect de barème à des collègues désignés on ne sait comment, pour enseigner dans le cadre de l’expérimentation du programme CLAIR visant à améliorer l’enseignement en milieu difficile par la stabilisation des équipes.

De plus, beaucoup d’affectations ont eu lieu après le GT du 27 aout, fait dénoncé par le SNES, qui a vivement réagi à l’intention de la DIPE d’oublier le barème.

Ceci, ajouté aux milliers de postes de titulaires supprimés dans notre académie, à l’insuffisance des postes prévus pour les stagiaires (200 au lieu de 300 ! ) IUFM qui seront contraints d’assumer 18H00 de cours dès la rentrée, rend l’affectation des non titulaires toujours plus chaotique et douloureuse.

Le SNES a obtenu audience le mardi 21 septembre, au Rectorat sur les problèmes liés aux affectations, à la rémunération, au CDI et à la vacation. Nous présenterons au nouveau chef de la DIPE des cas précis de collègues qui nous ont informés de leurs difficultés : contactez-nous !