CLAIR, STI, réforme des lycées, lauréats des concours, salaires, postes

Jeudi 10 février 2011

Grève nationale à l’appel de la FSU

A Marseille, manifestation à 11 h depuis la Porte d’Aix

Réunir des AG de grévistes le matin dans les établissements

Communiqué national : cliquer ici

Téléchargez l’appel unitaire FSU CGT SGEN d’appel à la grève

APPEL UNITAIRE

Finir le travail, tel semble être le mot d’ordre de Fillon à ses ministres pour cette dernière année du quinquennat. Qu’on prenne la question de l’éducation ou celle de la Fonction Publique, celle des salaires ou celle de la dépendance, il est clair que les logiques politiques à l’œuvre depuis 5 ans sont poursuivies et amplifiées.
Proposition de loi Mancel visant à restreindre la Fonction Publique d’Etat aux missions régaliennes, volonté de généraliser le recours au contrat au détriment des recrutements statutaires, gel des salaires et augmentation des prélèvements pour pension, développement de l’intéressement et des primes au mérite (y compris pour les Recteurs et les chefs d’établissement), poursuite de la RGPP et du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, précarité pérennisée : la Fonction Publique est au cœur du cyclone sarkozyste.
Comme l’est l’éducation, qui paye un lourd tribut aux suppressions de poste (alors que le privé est clairement favorisé). Les réformes introduisent du désordre et désorganisent le service, à l’instar de la réforme des lycées et celle de la formation des maîtres. La dimension idéologique du projet CLAIR n’échappe à personne, si ce n’est aux chefs d’établissement, prime pour services rendus aidant. Toutes les garanties d’indépendance et d’impartialité dont nous disposons et qui assurent aux usagers que nous n’obéissons pas à des intérêts particuliers lorsque nous instruisons, évaluons et orientons leurs enfants sont sur le point de voler en éclats : menaces sur la double notation et l’évaluation pédagogique par des pairs de la discipline, au profit du seul chef d’établissement, développement des affectations sur postes à profil avec choix par celui-ci, lettre de mission et engagement pluriannuel, entretien annuel avec le chef pour vérifier l’adéquation au poste et l’état d’avancement des performances, primes au mérite du type IFIC attribuées de façon discrétionnaire, assujettissement de nos missions au projet particulier de l’établissement… Le sixième chapitre du projet académique 2011/2014 du Recteur est à ce titre très éclairant.

Pour le SNES, la FSU, les prochains mois sont déterminants : il faut arrêter Chatel avant qu’il n’ait mis le second degré à terre.

C’est pour cela que, malgré les difficultés financières et l’épuisement provoqué par les combats incessants, nous appelons avec force à reprendre le chemin de lutte le jeudi 10 janvier pour une grève nationale dans l’éducation et le samedi 19 mars pour une manifestation nationale. Salaires et précarité, lycées et STI, CLAIR et formation des maîtres sont au cœur de nos revendications. Tous ensemble, à nouveau ! Tous ensemble, une fois de plus !

Construisons l’action en :

· tenant dans tous les établissements des AG et des heures d’infos syndicales.

· Exigeant des journées banalisées pour débattre de la situation en collège et en lycée et de la mise en place des réformes

· En multipliant à tous les niveaux des initiatives sur le collège que nous voulons, dans le cadre d’une campagne offensive dont le colloque national des 5 et 6 avril constituera un point fort.

· informant largement parents et opinion sur la réalité des réformes, des postes, des effectifs.

· Intervenant auprès des partis politiques et des élus

· développant les initiatives sur réforme des lycées, STI, conditions de travail, éducation prioritaire, collèges, formation des maîtres

Les informations sur le DHG arrivant dans les établissements, des actions locales doivent être organisées par les sections syndicalesdu SNES dans le cadre du plan d’action. Le SNES sera très réactif en fonction des débats avec les collègues, de fédérer l’ensemble des mobilisations par la grève du jeudi 10 février. Celle-ci doit, du fait du caractère exceptionnel du contexte, être massive et permettre de porter les enjeux, de rassembler sur le thème de l’arrêt des réformes Chatel, le budget et les conditions de travail.

Le SNES entend construire des prolongements à ces actions au retour des congés de février, débattus dans les assemblées générales d’établissements et propose dans cet esprit une manifestation nationale le samedi 19 mars . Nous appelons à lancer la collecte pour financer le déplacement à paris sans attendre et à préparer dès maintenant le déplacement des militants en préparant des listes d’inscription.

Pétition contre la réforme des lycées : cliquer ici

Les salaires dans la FP : cliquer ici, signez la pétition unitaire pour nos salaires : cliquer ici

Le SNES Aix-Marseille dans la presse : cliquer ici