Le journal La Croix a diffusé la liste des établissements retenus par le Ministère pour expérimenter la réforme Darcos des lycées. Le Recteur nous annonce que la liste publiée dans la presse est fausse.

Les établissements transmis par le recteur au Ministre et retenus pour l’expérimentation nationale sont en fait :

Lycée Lumière, La Ciotat (projet CLEF)

Lycée Duby, Luynes

Lycée A Benoit, Isles sur la Sorgue

Lycée V Hugo, Marseille

Lycée Diderot, Marseille

et deux établissements privés : Lycée de l’Olivier, Marseille

A notre connaissance, aucun débat n’a été mené avec l’ensemble des équipes pédagogiques, aucune décision n’a été formalisée par la réunion de la commission permanente et par un vote en conseil d’administration. Cette instance qui associe la direction de l’établissement, les personnels enseignants et non-enseignants, les parents d’élèves, les lycéens est pourtant légitime pour débattre de cette question.

Aucune information, aucun débat n’a eu lieu au niveau académique, par exemple dans le cadre du comité Technique Paritaire présidé par le Recteur et chargé lors de sa réunion du 20 mars de préparer la rentrée 2009 dans l’académie. Le Recteur pourrait pourtant annoncer prochainement que des expérimentations supplémentaires obteindraient l’agrément rectoral. Là encore, à l’heure où nous écrivons, aucune information n’a filtré et aucune discussion sur les établissements concernés, sur le contenu des expérimentations, sur les publics concernés, sur le protocole expérimental, sur les moyens attribués n’a été organisée, ni avec les personnels, ni avec les représentants des parents, ni avec les représentants des lycéens.

Le fait d’avoir monté ces expérimentations en catimini témoigne de la crédibilité qu’il faut accorder à cette démarche : il ne s’agit pas de mener une expérimentation loyale et objective pour identifier des pistes d’évolutions du système éducatif permettant d’améliorer la réussite du plus grand nombre. Il s’agit de mettre la profession, les élèves, les parents devant le fait accompli d’une démarche autoritaire dans le but de réintroduire un projet qui avait fait l’unanimité de la communauté éducative contre lui.

Le SNES appelle à refuser, avec les parents et les lycées la mise en place de ces expérimentations. Elles sont en effet inadmissibles, tant dans leurs objectifs (la réforme Darcos rejetée) que dans leur mise en oeuvre.