IL Y A URGENCES...

A son arrivée, le Recteur d’Aix-Marseille a doté l’Académie d’un projet académique au nom ambitieux de « Route haute vers la réussite scolaire ». A partir d’un constat lucide des points forts et surtout des difficultés de notre Académie, il s’agissait de tracer des orientations pour soutenir la scolarisation des jeunes de notre Région.

Aujourd’hui, même si des frémissements sont perceptibles au travers de certains indicateurs, fruits d’un investissement sans faille des équipes pédagogiques de l’Education Nationale, force est de constater que les projets éducatifs, qu’ils soient imaginés par le Recteur ou par l’équipe pédagogique de tel établissement, se heurtent à un réel impossible : alors que l’onde de choc de la crise financière de 2008 se répand dans le corps social, la politique de rigueur pour l’éducation nationale, les services publics et les dépenses solidaires aggrave les difficultés rencontrées par la population. Dans certaines cités de nos agglomérations, le taux de chômage est le double, voire le triple de la moyenne nationale. Dans ces mêmes cités, des postes d’enseignants sont supprimés, des classes ferment, l’avenir des « petits » semble lui aussi hypothéqué.

Qu’on ne s’y trompe pas. Les effets délétères des choix économiques et politiques en cours ne se feront pas seulement sentir dans les milieux les plus populaires, mais le chômage, la rigueur et les coupes sombres qui s’annoncent dans les budgets publics et sociaux seront aussi redoutables pour les milieux sociaux plus aisés.

Alors que faire ? Rester inactifs face à la catastrophe qui s’annonce et gagnera l’ensemble de l’Europe depuis la Grèce ? Ou mettre en place une stratégie volontariste pour défendre un modèle de société qui a fait ses preuves, y compris pendant la crise de 2008, alors que tous les thuriféraires de la pensée unique le donnaient pour caduc depuis plusieurs années ?
Aujourd’hui, il nous faut décréter la mobilisation générale pour défendre les « amortisseurs sociaux » que sont en France la Fonction Publique, les services publics, la protection sociale et la retraite par répartition.

Le SNES et le SNEP entendent y prendre toute leur part du point de vue de leur place singulière au sein de l’école publique. C’est pour cela qu’ils prennent l’initiative d’un plan d’urgence pour l’éducation dans l’Académie dans le même temps qu’ils entendent peser sur la définition d’un projet alternatif des forces progressistes pour l’école de demain.

Mode d’emploi et questionnaire

Ce document a pour objectif de permettre à chaque établissement de s’y associer.

Laurent Tramoni,Secrétaire Académique du SNES et Andjelko Svrdlin,Secrétaire Académique du SNEP