4 décembre 2012

Militer

La crise économique et sociale en Europe : quelles alternatives ?

STAGE de formation FSU13 :
La crise économique et sociale en Europe :
quelles alternatives pour sortir de l’ornière libérale ?

Mercredi 9 janvier 2013 de 9h à 17h

Lycée Victor Hugo, 3 bd G Desplaces 13003 Marseille

(métro St Charles, gare routière et SNCF)

Intervenants :

Laurent Cordonnier, économiste à l’Université Lille1.

Daniel Rallet, syndicaliste, membre de l’Institut de recherche de la FSU.

Depuis plus de quatre ans nous sommes dans la « crise », mais de quelle crise s’agit-il ?
De la crise dite des « subprimes », c’est-à-dire de la crise née avec les crédits hypothécaires de
l’immobilier américain soudain dévalorisés et qui a débuté en 2007 ? De la crise du système
bancaire américain et d’autres institutions financières qui a vu la faillite d’une des plus grosses
banques des États-Unis, Lehman Brothers (octobre 2008), séisme majeur dans le monde fermé de la
finance mondiale ? Parle-ton de la propagation de cette crise financière au monde entier et
particulièrement à l’Europe ? Depuis cette transmission, parle-t-on de la récession économique
violente que connaissent les économies des pays les plus développés ce qui se traduit par des
licenciements massifs et une explosion du chômage ? Disserte-t-on sur la crise du capitalisme ? Ou
bien encore, fait-on référence à l’augmentation rapide et massive de la dette publique des États de
ces mêmes pays, ce qui en Europe a eu pour résultat une mise en cause de l’Euro et par là une
interrogation sur la construction européenne ? Beaucoup de points d’interrogation donc autour
d’une part, de la notion de crise qui sert de cache sexe à l’énoncé de vérités sur les causes de « ces »
crises ; d’autre part, quant au caractère, semble-t-il inéluctable de « ces » crises qui, selon certains
experts très médiatiques et médiatisés, auraient pour origine dans certains pays de l’Union-Européen
un manque de compétitivité de leur économie en raison d’un coût du travail trop élevé ainsi que de
la gabegie d’États dépensiers, notamment en matière sociale.
Nous proposons une journée d’étude afin d’approfondir plusieurs pistes de réflexion :
· Quelles sont les marges de manoeuvre de l’État nation en matière de politiques économiques,
de relance de l’activité et de redistribution des richesses ?
· En quoi la France, quatrième puissance économique mondiale, peut influer sur les orientations de l’Union-Européenne ?
· Quelles sont les pistes alternatives au modèle économique actuel en France et en Europe ?
· En quoi la crise actuelle interroge nos pratiques syndicales ?

Il faut déposer l’autorisation d’absence un mois avant la date du stage soit avant le 9 décembre ,
selon le formulaire ci joint.
Repas sur place possible.