30 mai 2009

L’actualité syndicale

La première phase vérification des barèmes est terminée

Les groupes de travail préparatoires au mouvement intra-académique 2009 se sont terminés vendredi 29 mai au soir au Rectorat. Ils avaient débuté lundi 25 mai à 9 h et on ainsi duré toute la semaine, à l’exception du mardi 26 mai journée d’action nationale.

Après une semaine passée à étudier les documents de travail proposés par l’administration, vos élus SNES ont ainsi passé une semaine à défendre leurs propositions de correction et d’amélioration des éléments entrant dans les décisions d’affectations qui seront arrêtées à la mi-juin.

Voeux et barèmes

Tous les barèmes et les vœux des 3000 demandeurs de mutation ont été peignés par les élus du SNES. Nous avons ainsi fait corriger plus de 10% des barèmes, ce qui a permis de rétablir les collègues concernés dans leurs droits. Sur tous les points de la circulaire, nous avons œuvré pour imposer la lecture la plus favorable des règles édictées au BA, en ayant en permanence le souci de l’intérêt collectif de la profession, du lien entre les affectations et les conditions d’exercice du métier.

Situations médicales

Sur la question des situations médicales graves, nécessitant une priorité médicale sur certains vœux, l’administration a tenté de se débarrasser du débat avec les élus des personnels, de la transparence et de l’équité pour laquelle nous oeuvrons dans les instances. Elle a pris la décision unilatérale de supprimer le groupe de travail paritaire qui étudiait antérieurement ces demandes. Les élus, après avoir exigé en vain son rétablissement, ont imposé à l’administration l’étude de chacun des cas au fur et à mesure de l’avancement du groupe de travail sur les vœux et les barèmes. Ce travail a permis de faire prendre en compte plusieurs situations difficiles tout en obligeant l’administration à justifier ces choix et à renoncer à certains d’entre eux, manifestement abusifs.

Postes spécifiques

Sur la question des affectations sur postes spécifiques, pendant près d’une journée, la détermination des élus du SNES a contraint l’administration à revoir la façon dont les avis étaient formulés par l’inspection et les chefs d’établissement. Si l’on peut entendre que sur certains postes (enseignement en classes de BTS, en classes européennes, en français langue étrangère, en enseignements artistiques en lycées, en postes de professeur référent en Ambition Réussite), certaines compétences professionnelles particulières soient nécessaires, on comprend beaucoup moins bien qu’il n’existe qu’un seul enseignant par poste qui ait un avis favorable de l’Inspection ou du chef d’établissement, dans une académie où il y a 18 000 enseignants de second degré ! Nos exigences d’égalité de traitement et d’accès plus ouvert à ces postes, et nos demandes particulières sur les cas les plus problématiques, ont été entendues après un débat vif et long avec l’administration et les inspecteurs.

Le nécessaire soutien de la profession

Les enseignants qui ont voté pour les listes du SNES et de la FSU aux dernières élections professionnelles peuvent être fiers du travail accompli dans cette première phase du mouvement. Il n’est possible cependant que grâce au soutien que nous apporte la profession que nous représentons. C’est pourquoi nous appelons à nouveau à signer la pétition intersyndicale sur le mouvement et c’est pourquoi nous appelons tous ceux qui ne lauraient pas encore fait à se syndiquer au SNES sans plus attendre.
Que va-t-il se passer maintenant ?