31 mars 2008

Catégories

La situation des professeurs documentalistes de l’Académie Aix Marseille

Journée de formation syndicale des documentalistes de l’Académie Aix Marseille

A la Bourse du travail, 23 documentalistes étaient présents . La réunion était animée par Jean Pierre Hennuyer membre du S4 et documentaliste à Creteuil et Dominique également au S4 et documentaliste de l’Académie de Nice.

Le tour de table a permis d’établir l’extrême diversité des situations dans les CDI de la région.

Dans les établissemnts du 04, les postes d’ATI n’existant pas, les problèmes de maintenance informatique gênent beaucoup les collègues ; par contre,, des Assistants d’éducation sont afféctés dans les CDI alors que dans le 13, les A E sont réservés à la vie scolaire.

Avec la fin des emplois aidés une demande pourrait être faite par le SNES pour l’affection d’assistants d’éducation dans les CDI . Une pétition peut circuler et reccueillir de nombreuses signatures pour appuyer notre demande.

Les documentalistes soucieux de lutter contre la précarité dans l’Education Nationale continuent à réclamer la création d’un deuxième poste dans les établissements de plus de 400 élèves et la création d’un poste de secrétaires de CDI, aides documentalistes qualifiés

Les situations les plus scandaleuses sont celles des lycées où, la plupart du temps, un seul Professeur documentaliste est nommée pour 1000,1200 élèves voir plus . Les emplois aidés ont masqué la misére et permis de faire fonctionner le système. Ce n’est plus le cas . La création d’un 2e poste en lycée s’impose. Mais ce deuxième poste doit être confié à un vrai documentaliste et non pas à du personnel faisant fonction de comme c’est le cas au lycée St Exupery.

A l’heure où 347 postes d’enseignants sont supprimés dans l’Académie, ce voeu pour utopique qu’il paraisse doit être réaffirmé .

Par ailleurs, les IPR vie scolaire ne défendent guére le rôle pédagogique des Professeurs Documentalistes . La politique documentaire que l’on nous demande de mettre en oeuvre fait du documentaliste un expert auprés du Chef d’établissemnt, un gestionnaire qui doit assurer « la sérénité de la vie scolaire » ( comment ? En accueillant les permanences ? ).

un protocole d’inspection nous est parvenu qui va dans le même sens et qui servira à notre évaluation. Nous rappelons que la circulaire de 1986 qui régit nos missions n’a pas été abrogée et que ce protocole et cette politique documentaire inspirée par Mr Durpaire ne fait pas loi nationalement.

Certaines Académies s’en réclament et d’autres n’en font pas mention. Des contestations peuvent surgir à l’issue d’inspections individueles car ce protole peut difficilement être appliqué dans un certain nombre d’établissements pour des raisons d’ordre matériel et que les collègues qui privilégient la Lecture et les séances pédagogiques au détriment des nouvelles orientations peuvent être pénalisés et contester leur inspection !

Propositions du SNES National :

Des travaux de recherche sont en cours en sciences de l’Education et à la FADBEN qui visent à mieux définir les objectifs pédagogiques en INfo- doc et élaborer un curriculum au cadrage national, listant les compétances à faire acquerir aux élèves . Matériellemnt, une discipline pourrait voir son horaire abonder d’une heure/quinzaine pour permettre aux élèves de se former avec le documentaliste et un professeur de la discipline .Ce programme ainsi défini mettrait fin aux bricolages individuels, permettrait une meilleure visibilité du rôle pédagogique du documntaliste.
Face à la dérive techniciste qui prévaut , il faut réaffirmer notre rôle d’enseignant et réclamer les postes indispensables .
Les documentalistes prendront rendez vous pour une audience au Rectorat. Un texte sera rédigé pour la circonstance et il sera remis aux instances rectorales par une délégation . Pour ce faire, il nous faudrait un état exact de la sitation en Doc dans notre académie .

M Khoupiguian