En cliquant sur ce lien, vous trouverez un « VRAI-FAUX » ainsi qu’une enquête au sujet des nouvelles épreuves de LV au baccalauréat :

http://www.snes.edu/Enquete-et-VRAI-FAUX-LV.html

Extrait de la déclaration du SNES au CSE du 7 février.

"Je voudrais insister sur un point : les nouvelles épreuves de LV au baccalauréat.
Aujourd’hui nombre de collègues de LV sont en difficulté, voire en souffrance devant la surcharge de travail, la rupture d’égalité des candidats devant une épreuve de baccalauréat, le refus de certains chefs d’établissement ou d’IPR d’appliquer les recommandations de la Dgesco.
Ainsi les personnels se heurtent à une succession de refus ou d’injonctions : refus de reculer les épreuves au 3e trimestre, refus d’anonymer les copies de l’épreuve de CO, refus de délivrer des convocations ou ordres de mission... mais en revanche mises en demeure de tout organiser, parfois depuis le planning de passation des candidats jusqu’à la vérification du matériel… tout cela s’ajoutant à la confection des sujets dans des conditions difficiles, à la surveillance des épreuves, à la correction des copies…
Et bien sûr sans aucune rémunération.
Cette situation ne peut durer, ni pour les enseignants, ni pour les élèves
".

Le Directeur de la DGESCO a répondu qu’il en informait le ministre.
Aucune autre organisation n’est intervenue sur la question des LV.

ARTICLE ANTERIEUR du 8 DECEMBRE 2012

Nouvelles épreuves de LV au baccalauréat :

VRP malmenés ! IPR interpelés !

Ils vont généralement par deux, ils sont accueillis par un discours syndical, une lettre, une adresse, ils se font bombarder de questions auxquelles ils répondent tant bien que mal, et repartent laissant leur auditoire perplexe, accablé ou vent debout… Vous les reconnaissez ?

Contraints de faire les VRP de nouvelles épreuves de bac ficelées dans la précipitation par le précédent gouvernement et maintenues par le nouveau malgré les interventions du SNES, les IPR de Langues vivantes font le tour des établissements. Ils tentent de répondre aux questions, de rassurer, de conseiller. Mais en vain : le note de service est si vague qu’elle autorise toutes les interprétations, parfois les plus contradictoires. Faut-il faire les quatre notions ? Quand faire passer la compréhension orale ? Comment assurer l’anonymat de l’épreuve nationale ? Y a-t-il des sujets 0, des banques de données ? etc
Les collègues se trouvent face à une contradiction indépassable : inventer un dispositif permettant de garantir aux candidats des conditions de passage de l’examen dignes, au mépris de son temps et de sa charge de travail ; ou accepter d’évaluer soi-même ses élèves dans sa classe et renoncer aux normes d’un examen national et anonyme, qui supposent que le formateur ne soit pas l’évaluateur.

Le SNES a obtenu du Ministère qu’il donne consigne aux recteurs de permettre le passage de la compréhension orale le plus tard possible, au troisième trimestre. Le Ministère a aussi reconnu au dernier CSE la nécessité de revoir ces épreuves pour 2014.

Ces avancées, bien qu’insuffisantes, sont à mettre au crédit de l’action syndicale.

Nous continuons de réclamer le gel, ou neutralisation, de l’épreuve d’expression orale pour cette année et la remise à plat de l’ensemble des épreuves pour 2014, avec maintien du caractère national et anonyme du baccalauréat.
Le SNES appelle les collègues à tout faire pour maintenir la pression sur le ministère. Il faut continuer d’interpeller les corps d’inspection à chacune de leurs visites afin qu’ils fassent remonter à l’Inspection générale et au ministère la réalité du terrain. Plusieurs établissements ont rédigé des textes d’accueil.

Il faut aussi continuer à signer et à faire signer largement à tous les collègues la pétition sur les Langues vivantes, à faire voter des motions dans les CA afin d’alerter les parents et les lycéens. Comme certains établissements l’ont déjà fait, nous vous invitons à vous réunir en équipe afin de déterminer ensemble les besoins : demi-journées banalisées pour la préparation, banalisation des cours des terminales le jour des épreuves, organisation des épreuves et édition des convocations par l’administration et non par les collègues, rémunération en HSE en compensation de la surcharge de travail liée à l’organisation etc…

Articles antérieurs sur ce sujet : Lire ici

Stage du SNES sur les Langues vivantes : voir le compte-rendu ici

Réforme du Lycée, du nouveau : Lire ici

Sur le site national du SNES : lire ici

Sur le site Eduscol : voir ici

La note de service définissant les épreuves : voir ici

La portail interlangues de l’académie d’Aix-Marseille : voir ici