4 décembre 2010

L’actualité syndicale

Le CLG jules Ferry veut sortir du programme CLAIR

Après les Lycées professionnels La Floride et Colbert, le collège Versailles (sous forme de pétitions, motions, assemblées générales et un vote majoritaire au CA du collège Versailles), c’est au tour du collège Jules Ferry de demander à sortir de l’expérimentation CLAIR.

Les choses ne sont pourtant pas allées de soi. En effet, l’établissement n’a pas échappé aux pressions de tous ordres qu’effectuent les chefs d’établissement dans la plupart des CLAIR :

- chantage à la suppression des moyens ambition réussite,

- assurance que le chef d’établissement ne suivra pas la circulaire de mise en place de l’expérimentation au pied de la lettre

- soi disant impossibilité de se prononcer sur la participation à ce dispositif...

Le CA du collège Jules Ferry s’est finalement prononcé sur la sortie du dispositif par 12 voix contre 6.

Ce vœu a été présenté par les élus enseignants après deux semaines de discussion, de mobilisation, d’interventions au rectorat, de report du CA suite à un vote contre l’ordre du jour, cela pour que le chef d’établissement reconnaisse qu’il ne pouvait s’opposer à mettre aux voix un voeu formulé par des élus en CA.

L’établissement s’est prononcé démocratiquement pour la sortie du dispositif CLAIR, il n’y a donc aucune raison pour qu’il reste dans cette expérimentation malgré eux. Nous insisterons dans les instances nationales, académiques et départementales pour que tous les établissements qui en font la demande sortent de l’expérimentation CLAIR.

Voila maintenant plus du tiers des établissements CLAIR qui refusent d’entrer dans ce dispositif, se rendant compte que la souplesse de mise en place promise par les chefs d’établissement ne change rien au caractère destructeur d’une expérimentation qui n’a d’autre vocation que

- De créer des établissements qui se limiteront au socle commun

- De mettre en place avec les préfets des études une hiérarchie intermédiaire dont la rémunération variera en fonction de leur zèle à faire appliquer les consignes ministérielles

- D’instaurer le recrutement de l’ensemble des personnels par le chef d’établissement, ce dernier modulant les primes des professeurs en fonction de son jugement sur leur efficacité...

En échange de la promesse de maintenir des moyens supérieurs à ceux d’autres établissement, le ministre demande aux collègues de renoncer à leur ambition éducative et à leur statut.

L’ensemble des établissements CLAIR doit refuser ce marché de dupes !