5 juillet 2011

L’actualité syndicale

Le conseil général 13 fait le choix du privé contre le public

Communiqué de presse du SNES-FSU du lycée saint Exupéry :

Le conseil général fait le choix du privé contre le public, le Greta Marseille Littoral perd la formation des assistantes maternelles au profit de l’IFAC.

Le conseil général prend en charge la formation des assistantes maternelles du département. Le Greta Marseille littoral a effectué cette formation les dernières années en mettant en place des formations de proximité, en y incluant le CAP petite enfance et en s’appuyant sur les compétences de ses personnels parmi lesquels des personnels de la formation initiale.

Le marché de la formation des assistantes maternelles vient d’être attribué à une association privée, l’IFAC, au détriment du Greta Marseille Littoral, structure publique adossée au service public de l’Education Nationale.

Ce choix nous pose problème. D’une part parce qu’il met en difficulté le Greta Marseille Littoral. En effet ce marché était le plus gros de ce service public et a permis un équilibre financier ces dernières années. Rappelons que le Greta, service public de formation, prend en charge les formations de retour à l’emploi des personnes les plus précaires et fait ainsi œuvre de service public. Mais ces formations peu rémunératrices impliquent que d’autres permettent d’équilibrer le budget de ces structures certes publiques mais autonomes financièrement. La conséquence de cette perte de marché est la mise en fin de contrat de 5 formateurs (les personnels administratifs sont, temporairement, reconduits dans leur fonction sur d’autres dispositifs) et la mise en péril des formations peu rémunératrices mais s’adressant aux publics les plus fragiles.
Mais ce n’est pas là le seul problème que nous souhaitons soulever. Certes la formation continue des adultes est soumise aux rudes lois de la concurrence et sans doute l’IFAC était-elle moins-disante financièrement. Elle l’est aussi en termes de formation.

Deux exemples :

le Greta prenait en charge l’inscription et la formation des stagiaires au CAP petite enfance et cela ne sera pas le cas de l’IFAC. Les centaines de stagiaires devront donc s’inscrire par elle même à ce CAP et le volume même de ces formations (de l’ordre de 900 assistantes maternelles en formation) va poser problème aux lycées professionnels qui n’ont pas prévu un tel engouement pour cette formation !

Autre exemple : le Greta assurait le rattrapage des cours des stagiaires qui, pour une raison ou une autre, ne pouvait être présentes à toutes les formations. Ce ne sera plus le cas.

Nous sommes donc pour le moins surpris que le conseil général ait fait un choix qui sera lourd de conséquences tant pour une structure publique de formation que pour les futurs stagiaires. Dès lors l’interrogation légitime du choix politique fait par le CG se pose. L’IFAC est en effet gérée localement par M. Mariani, conseiller régional PACA, député du Vaucluse, et ministre en charge des transport.

SNES-FSU du lycée Saint Exupéry