Le SNES a élaboré un plan d’action tout au long du mois de janvier pour s’opposer à l’abandon du service public d’éducation par le gouvernement, aux suppressions massives d’emploi dans la fonction publique (qui empêchent notamment la mise en place d’un plan de titularisation et une augmentation du nombre de postes à l’interne), à l’absence de revalorisation pour l’ensemble de la profession et à la réforme de la masterisation en l’état, à la casse des statuts.

Les non-titulaires subissent de plein fouet la politique gouvernementale qui maintient pour l’heure des milliers d’agents dans la précarité.

La FSU et le SNES ont pris appui sur les mobilisations historiques de janvier 2009 et mars 2009 pour réclamer l’inscription dans l’agenda social de l’examen de la situation des non-titulaires. Une série de groupes de travail s’en est suivie. Nous avons avancé des pistes de travail pour améliorer dans l’immédiat la situation des agents non-titulaires : assurer la progression des rémunérations, harmoniser les conditions de gestion pour réduire les disparités d’une académie à l’autre et garantir des critères équitables. Nous y avons exposé les conditions de fond qui s’imposent comme notamment la négociation d’un plan de titularisation, mesure incontournable pour mettre fin à la précarité.

Ces groupes de travail réunis au printemps 2009 devaient déboucher sur des propositions concrètes.

L’agenda social du gouvernement va bientôt être rendu public et, d’après les échos qui nous parviennent du cabinet de la Fonction publique, la situation des contractuels y figure.

Il est indispensable que les non-titulaires se saisissent du plan d’action initié par le SNES et la FSU ( journée nationale d’action le 14 janvier, grève nationale avec toute la fonction publique le 21 janvier), et notamment de la grande manifestation nationale du samedi 30 janvier à Paris pour permettre à notre organisation de peser et d’instaurer un rapport de force favorable.

La FSU et le SNES envisagent de permettre une visibilité des non-titulaires par un cortège des précaires dans la manifestation derrière une banderole précarité.

Des TGV spéciaux sont réservés au départ de tous les départements et de nombreuses villes. Une collecte est organisée pour couvrir les frais tant auprès de ceux qui se rendent à Paris que ceux qui n’y vont pas. Chacun participe en fonction de ses possibilités. Que la participation financière ne soit pas un frein à votre venue ; nous ferons jouer la solidarité.

Pour évaluer le nombre de participants, il est indispensable que vous renvoyiez un message pour confirmer votre présence à nontitulaires@snes.edu et que vous preniez contact avec la section académique du SNES Aix Marseille.

En retour, vous recevrez un mail de confirmation au plus tard une semaine avant la manifestation. Nous vous préciserons la place des précaires dans la manifestation et le lieu de rendez-vous.