9 février 2014

L’actualité syndicale

Lycée Diderot : pendant les travaux, le service continue ?

Soutien aux personnels et aux usagers du lycée Diderot

Malgré le chantier de rénovation dont il est l’objet, le Lycée Diderot de Marseille (XIII°) n’a pas été délocalisé.
Les personnels travaillent, les lycéens sont accueillis et scolarisés, sur le site même d’un chantier de grande ampleur. Les travaux durent depuis un an et sont censés se poursuivre encore pendant un an.

La gêne occasionnée pour les usagers et les personnels est énorme : bruit, poussière, locaux provisoires exigus, non-équipés, coupures d’électricité, coupures du réseau informatique, absence d’espaces nécessaires à la vie en collectivité scolaire ...

Excédés, les lycéens ont bloqué le lycée vendredi 7 février. Sur le mur du lycée, on pouvait lire « Nous ne sommes pas des chiens ».
Excédés, les professeurs ont déposé un préavis de grève pour mardi 11 février.

Les alertes antérieures n’ont rien changé aux conditions d’accueil : les innombrables signalements de dysfonctionnements, les multiples interventions des élus auprès des autorités, les visites d’inspecteurs « Hygiène et sécurité » du rectorat, les recommandations du CHSTD, ... sont restés lettre morte.

En décembre, les personnels ont demandé une inspection générale de l’établissement, demande à laquelle l’éducation nationale n’a pas donné suite.

Les collègues s’interrogent : la seule réponse faite au lycée serait-elle cette baisse des moyens annoncée pour la rentrée scolaire 2014 ?

Le SNES-FSU Aix-Marseille apporte son soutien aux mobilisations des personnels et des usagers de ce lycée ZEP des quartiers populaires de Marseille. Il rappelle le dévouement et l’exemplarité de ses équipes, sans lesquels le lycée n’aurait pas surmonté les difficultés qu’il a eu à affronter par le passé.

Le SNES-FSU demande au Rectorat et à la Région de tout mettre en oeuvre pour rétablir des conditions d’accueil, de travail et d’études satisfaisantes. Cela suppose de réunir sans délai les différents acteurs de ce chantier (personnels, usagers, rectorat, région, architecte, entreprises...) afin d’entendre enfin les demandes de la communauté éducative.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Compte-rendu de la journée du 11 février 2014 :

Mardi 11 février 2014

les personnels du lycée Diderot sont en grève pour de meilleures conditions de travail.

Présentation : Le chantier de restructuration lourde ouvert depuis deux ans doit se poursuivre encore un an puisque la fin du chantier est prévue début janvier 2015.

Les nuisances dues au chantier ont un impact important sur l’enseignement.

Les élus des personnels sont intervenus de nombreuses fois auprès de la Direction, de la Région et du Rectorat pour tenter d’améliorer la situation. En vain. Les conditions de travail des personnels et des élèves ne cessent de se dégrader.

C’est pourquoi, les personnels se sont mis en grève le 11 février. Ils ont demandé que le Recteur vienne se rendre compte sur place des difficultés de l’établissement.

Assemblée générale 7h50

L’AG a discuté des conditions de travail mais aussi du projet de DHG
La DHG pour la rentrée prochaine n’est pas bonne

La dotation est en baisse. Il y a une baisse des effectifs élèves.
Il y a une baisse du rapport heures / élèves.
Deux demi services nouveaux à cheval sur deux établissements : italien et SES
De nombreuses disciplines ont très peu d’HS ce qui rendra difficile la répartition des services

Pertes de postes :
- 2 en maths
- 1 en LV anglais
Beaucoup de classes ont de faibles effectifs et ne seront pas dédoublées.

A la SEP, toutes les sections sont remplies, mais il n’y a pas les moyens de dédoubler.

L’avenir du lycée est menacé car la baisse des effectifs est inquiétante en STIDD et en seconde. La série STI arts appliqués commence avoir des difficultés à recruter ce qui n’était pas le cas ces dernières années. Les STG pourraient quitter le lycée.
Le GRETA va quitter le lycée Diderot pour Jean Perrin

Pour remplir le lycée Diderot il faudrait modifier la carte scolaire. Cela parait logique car Victor Hugo et Artaud sont quant à eux saturés.

Michele Garnier S2 SNES, est intervenue pour présenter les baisses massives de DGH dans les établissements du département et de l’académie. Une grève sur ce sujet aura lieu le 18 février.

A 11 heures, s’est tenue une réunion présidée par le Vice-Président de Région chargé des lycées, Jean-Marc Coppola,

De nombreux intervenants de l’opération de reconstruction étaient présents autour de la Direction du lycée : Directeur des lycées, Mr Massiera, l’AREA, architecte, l’OPC coordonnateur, chefs d’entreprises (lot électricité, lot chauffage-plomberie-climatisation), Magali Bailleul S3 SNES.

Une trentaine de collègues enseignants et ATOSS a interpellé les responsables du chantier sur divers sujets :

coupures d’électricité

coupures de réseau informatique
bruit

poussière

chauffage

malfaçons observées par les personnels depuis l’extérieur du chantier

conditions de tenue des examens de fin d’année scolaire

remise en état de l’atelier électrotechnique (sans chauffage, sans réseau informatique)

confinement des zones de chantier futures du batiment A autour de « l’atrium ».

Il a été convenu de mettre en place une « nouvelle méthode » de concertation, les CPE seront reçus et consultés sur la disposition de leurs bureaux. Les conditions d’accueil des élèves : cafétéria foyer seront étudiées

A 12 heures, conférence de presse.

La presse locale et la télé locale était présentes

Une banderole a été déployée sur la grille d’entrée du lycée « Diderot en chantier ZEP abandonnée Mr le Recteur sommes nous votre priorité ? »

Bilan de la journée :

La journée de grève a été très dense.

La réunion avec la Région a permis de mettre sur pied une nouvelle méthode de concertation. Restons mobilisés pour que ces bonnes intentions soient suivies d’effets.

Le Recteur n’est pas venu au lycée. Nous allons demander audience.