2 octobre 2010

Archives

Mardi 5 octobre : rassemblement devant la Mairie de Marseille entre midi et deux

Mardi 5 octobre : rassemblement devant la Mairie de Marseille entre midi et (...)

Les crèches et les cantines de Marseille sont touchées depuis plusieurs jours par un mouvement de grève reconduite par les personnels et une large intersyndicale. Les revendications portent sur les retraites, les conditions de travail, l’emploi et les salaires.
La FSU 13 appelle à un rassemblement le mardi 5 octobre entre midi et deux devant la Mairie de Marseille pour soutenir les mobilisations en cours et montrer la convergence des luttes et la concordance des plate-formes revendicatives.


Par ailleurs,
le SNES Aix - Marseille organise le mercredi 6 octobre à 14 h devant la Préfecture un rassemblement contre la précarité et les fermetures de postes dans les vies scolaires : pour plus d’informations, cliquer ici

Assemblés Générales dans les établissements

Plus généralement, après le succès des manifestations du samedi 2 octobre, le SNES Aix Marseille appelle à réunir dès lundi 4 octobre des Assemblées Générales dans les établissements pour définir avec les personnels les modalités diversifiées permettant d’assurer la permanence des mobilisations dans les établissements scolaires entre le 4 octobre et la grève nationale du mardi 12 octobre.
Le SNES appelle à retenir dans ces Assemblées Générales toutes les modalités d’action qui auront reçu l’aval de la majorité des collègues : l’enjeu est bien d’élargir la mobilisation et d’entraîner plus de collègues dans l’action dans la perspective du nouveau temps fort national.

Des actions majoritaires en continu dans la perspective du 12 octobre

Outre la participation aux rassemblements du mardi 5 et du mercredi 6 octobre, les Assemblées Générales peuvent décider d’envoyer des adresses au sénateur du secteur le mardi 5 octobre à l’occasion du débat sur les retraites au Sénat, d’organiser des débats publics sur la questions des finances publiques pour convaincre autour de nous qu’il est possible dans la France du XXI° siècle de financer des services publics de qualité, dont l’Education, une protection sociale ample et des retraites par répartition. Des décisions locales de grèves, y compris reconduites, sont possibles lorsqu’elles sont décidées majoritairement par les personnels de l’établissement et qu’elles permettent d’amplifier la mobilisation, au sein de l’établissement et aussi en cohérence avec d’autres actions du même types menées par des secteurs d’activité significatifs dans la vie économique de la commune.

Sur l’éducation ...
Des actions spécifiques aux dossiers éducatifs peuvent également être mises en place, en particulier en fonction des points de tension identifiés dans l’établissement : autour de la mise en place de la réforme de la seconde, de l’avenir des enseignants de STI et de Physique Appliquée, des stagiaires lauréats des concours, des Vies Scolaires, des établissements CLAIR.
On pourra à cette occasion s’adresser aux parents pour les convaincre de la duperie que représente la réforme des lycées et plus généralement la politique éducative de Luc Chatel. En lycée, une action spécifique de dénonciation des VS peut-être organisée lorsque les dispositifs annualisés de la seconde (EDE et AP) ne sont pas rémunérés sur la base de calcul la plus favorable.


... comme sur les retraites

Le SNES appelle enfin les sections syndicales à entrer en contact avec les Unions Locales des confédérations et les syndiqués à participer aux Assemblées générales et aux débats publics organisés dans un cadre syndical unitaire pour favoriser la prise de conscience généralisée qu’il est aujourd’hui possible de mettre en oeuvre des politiques alternatives pour financer les retraites, la protection sociale, les services publics. Le SNES à participer à toutes les actions locales organisées de façon unitaire par les organisations syndicales dans chacune des communes : manifestations, distributions de tracts, interpellations d’élus, soutiens aux secteurs en grève reconductible.