Un mouvement sous l’ombre portée de Chatel : lire l’article précédent sur ce sujet

Ce que nous élus vont proposer lors de la FPMA mutations intra-académiques des 19, 20 et 21 juin

Mutations : mobilité contrainte ! Le point sur notre travail d’élus

Moins de la moitié des collègues qui participent au mouvement intra académique 2012 obtiennent une mutation. Parmi eux, la moitié devait obligatoirement obtenir un poste (replis de mesure de cartes scolaires, entrants dans l’académie, réintégration).
Seulement 23 % des demandeurs obtiennent une affectation dans le cadre d’un projet de mobilité choisie.
Nous estimons par ailleurs qu’une cinquantaine de collègues actuellement affectés en ECLAIR et demandeurs d’une mutation se voient bloqués dans leur établissement du fait de la mise à l’écart de ces établissements : le dispositif ECLAIR, non seulement complique l’arrivée de nouveaux collègues dans ces établissements difficiles (les volontaires ne pouvant plus postuler sur ces établissements dans le cadre du mouvement commun) mais limite aussi les possibilités de sortie des collègues qui y sont affectés.

Le mouvement intra académique 2012 n’est pas un bon cru du côté des personnels, il ne l’est pas plus du point de vue de la bonne utilisation des moyens du service public : au moins une centaine de postes resteront vacants dans les établissements ECLAIR de l’académie. Dans les collèges de l’académie, sur les 108 postes identifiés en Mars, seulement 53 ont été pourvus par le mouvement national particulier ECLAIR (BIEP). Aux 55 postes vacants, s’ajoutent au moins une soixantaine de postes libérés en cours de mouvement pour lesquels l’académie n’a pas recherché de volontaires (lire ci-dessous).

Les 37 commissaires paritaires, élus du SNES Aix-Marseille, travaillent depuis vendredi 8 juin sur le projet de mouvement et tentent d’y apporter des améliorations.
Plusieurs erreurs de report des barèmes du groupe de travail de mai sur les documents de mutation ont été identifiées, ce qui entraîne des modifications en chaîne.
Plusieurs replis de mesures de carte scolaire ne sont pas correctement effectués et les collègues lésés doivent être rétablis dans leurs droits.
Des débats doivent en outre avoir lieu pour déterminer l’affectation la plus adéquate pour les collègues bénéficiant de priorités médicales, sans léser les autres demandeurs.

Des améliorations pourraient être apportées en réinjectant dans le mouvement une trentaine de postes actuellement réservés pour des stagiaires (cf ci-dessous), et que le SNES Aix-Marseille propose de remplacer par des blocs de moyens provisoires d’une quotité égale au service des stagiaires. Chaque poste réinjecté permet d’améliorer l’affectation de deux collègues en chaîne, en moyenne, et jusqu’à 6 en Lettres Modernes.

Nous proposons également de débloquer certaines zones de remplacement pour résoudre les situations les plus complexes et les plus dramatiques.

Lors des commissions qui se dérouleront du 19 au 21 juin, nous présenterons nos propositions à l’administration et nous pourrons alors présenter aux intéressés les réponses qui nous auront été faites et l’argumentation rectorale qui étayera ces réponses. Chacun pourra alors juger sur pièce.

Ce que nous élus vont proposer lors de la FPMA mutations intra-académiques des 19, 20 et 21 juin

Article précédent publié le 9 juin 2012 :

Mutations : le rectorat publie dans la précipitation un projet non fiabilisé !

Dans la continuité de ce qu’a instauré Nicolas Sarkozy, le rectorat publiera en fin de semaine un projet de mouvement, avant la consultation des instances paritaires et les vérifications ou propositions faites par les commissions paritaires. Nous estimons que le projet 2012 comportera une marge d’erreur de 2O% environ.

La publication de ce projet de mouvement est prématurée car les affectations ont été effectuées avant même que la base des postes disponibles ait été stabilisée.

En effet, le service des stagiaires étant ramené à 15h, il est préférable de les affecter sur des blocs de moyens provisoires de 15h.

Une part significative des 350 postes « temps plein » actuellement réservés pour l’accueil des stagiaires peut être réinjectée dans le mouvement intra-académique.

Ne pas le faire, c’est bloquer le mouvement et désorganiser la rentrée dans les établissements qui devront refaire les répartitions des services pendant l’été.

Ainsi le SNES Aix-Marseille a écrit au Recteur pour proposer la réinjection d’une vingtaine de postes au mouvement des titulaires et leur remplacement par autant de supports provisoires de 15 h offrant de bonnes conditions d’accueil aux stagiaires.

De même, les affectations ont été préparées avant même la tenue des commissions nationales d’affectations en établissements ECLAIR, qui se réunissent du 4 au 6 juin.

160 postes étaient réservés à ce mouvement particulier ECLAIR, et seulement 110 sont susceptibles d’être pourvus. La continuité du service public impose au Recteur de relancer la recherche de volontaires pour pourvoir ces postes vacants dans le cadre du mouvement normal.

Le SNES met ainsi à disposition des demandeurs de mutation la liste des postes vacants en ECLAIR pour que, ayant connaissance d’un projet rectoral d’affectation qui ne leur convient pas, ils puissent le cas échéant se déclarer volontaires à une mutation en ECLAIR et ainsi obtenir une affectation plus conforme à leurs vœux.

Cette annonce prématurée a seulement pour but de court-circuiter les élus du personnel ; il aurait été préférable de consolider les bases sur lesquelles va se dérouler le mouvement (recherche de volontaires à des affectations sur chaires banalisées en ECLAIR, identification des supports stagiaires 15h, réinjection au mouvement de postes bloqués « stagiaires 18 h » et de postes vacants).

Nous étions habitués à ces pratiques autoritaires de la part du gouvernement précédent, mais comment justifier leur maintien aujourd’hui ?

Les élus du SNES vont travailler ce projet de mouvement. Ils vont vérifier le respect des règles collectives, faire corriger les inévitables erreurs et proposer toutes les améliorations que l’injection de nouveaux postes permettra (mesures de carte scolaire, postes vacants supplémentaires, départs en retraite tardifs, reports de titularisation… entraînent de nombreuses modifications).
Ils vont en outre rechercher les améliorations à apporter aux compléments de services grâce aux rompus de 3h libérés par la réduction des services des stagiaires.

N’hésitez pas à vous retourner vers le rectorat, avec l’aide du SNES, pour contester une affectation qui ne vous conviendrait pas ou une absence d’affectation, en arguant du blocage de près de 350 postes à 18 h réservés à l’affectation de stagiaires 15h, de 50 postes vacants (et combien de postes libérés par mutation en cours de mouvement ?) en établissements ECLAIR, et ce alors que l’équivalent de 300 affectations à l’année sont prononcées durant l’été (TZR, contractuels). Seulement 600 postes sont aujourd’hui proposés au mouvement de 3000 titulaires !

Le SNES et ses élus en commissions paritaires sont disponibles pour vous informer, vous conseiller et vous aider dans vos démarches pour obtenir une affectation plus conforme à vos besoins que celle proposée dans la précipitation par l’administration.