Le collège Jules Ferry, établissement ZEP classé Ambition Réussite, est depuis la rentrée 2010 labellisé CLAIR.

Malgré cette nouvelle étiquette, indiquant les besoins nécessaires de l’établissement en terme d’enseignement comme d’encadrement, aucun moyen supplémentaire n’a été attribué.

Or l’ironie du sort ne s’arrête pas là puisque la vie scolaire est dépeuplée depuis début septembre : au demi poste d’AED supprimé en juin dernier s’ajoutent les départs programmés et non renouvelés de 5 contrats aidés. Ceci signifie qu’une fois les derniers contrats CAE arrivés à terme (fin octobre), l’équipe de vie scolaire du collège sera composée de 4 AED à temps plein. Cependant, 2 de nos surveillantes étant en congé maternité et 2 autres en arrêt maladie (non remplacés), la situation de la vie scolaire devient à ce jour intenable : il n’y a jamais plus de 2 personnes pour assurer la surveillance des élèves sur le terrain, comportant une cour et deux bâtiments à deux niveaux chacun. Inévitablement, le collège assiste depuis la rentrée à une recrudescence d’actes de violence physique et verbale, et de dégradations des locaux et du matériel. A cela s’ajoute des difficultés de contrôle d’entrées et de sorties de l’établissement, de surveillance pendant la demi pension.

Mardi 5 octobre, cette situation critique parvint à son comble car aucun surveillant n’était présent, en raison d’arrêts maladie. Le collège a alors été contraint de fermer ses portes et de renvoyer ses élèves par manque de sécurité.

Depuis, ce sont les parents qui bloquent l’entrée du portail chaque jour en attendant une audience que l’Inspection Académique tarde à proposer et qui se déroulera lundi 11 octobre.

En attendant, la presse est convoquée quotidiennement pour recueillir les témoignages et les revendications des parents, qui brandissent haut et fort leurs panneaux de lutte, soutenus par la présence des élus municipaux de l’arrondissement et du conseiller général du canton.

Évidemment, cette situation inextricable n’est pas le seul cas du collège Jules Ferry, et touche de nombreux établissements tels que Vallons des Pins, Prévert, Barnier, Arenc Bachas.

Rejoignez-nous dans la contestation pour remédier au désengagement de l’Etat face aux besoins de personnels en vie scolaire et l’obliger à dispenser des conditions d’accueil décentes à nos élèves.

Sandra Weisz