16 octobre 2010

Carrières

Physique Appliquée : fusion avec les Sciences Physiques-Chimie

Plusieurs enseignants de Physique Appliquée ont reçu un courrier du Rectorat les informant d’un « changement de spécialité » (réaffectation en Physique Chimie) au prétexte que les nouveaux programmes du Lycée ne font plus de distinction entre Physique Appliquée et Sciences Physiques.

Dans le même temps, les Chefs d’établissement dans lesquels exercent des enseignants des disciplines de STI reçoivent un courrier « confidentiel » (!?) de l’inspection pour entreprendre une démarche de (re)-positionnement de chacun de ces personnels, dans un contexte de réduction drastique des horaires d’enseignement technologiques. Cliquer ici

Nous attirons l’attention des collègues concernés sur les enjeux du changement de spécialité :

Premièrement, intégrer l’ensemble des enseignants de Physique Appliquée dans la discipline Physique Chimie, cela signifie qu’aucune distinction officielle ne pourra être faite entre les uns et les autres lors de la confection des services en lycée, que ce soit pour les enseignements technologiques ou pour les Sciences Physiques-Chimie.
SUR CE POINT, le SNES a obtenu l’assurance que l’administration continuerait à prendre en considération la discipline de recrutement et non la discipline d’affectation du moment, pour les affectations en BTS.


Deuxièmement,
lorsque le courrier du recteur parle de « faciliter la mobilité de chacun », il faut bien entendu entendre « mobilité contrainte ». S’il est vrai que les collègues concernés « seront réaffectés sur le poste dont [ils sont] titulaires » dans un premier temps, la réforme de la voie technologique va se traduire par de nombreuses suppressions de postes. La procédure de réaffectation suite à une mesure de carte scolaire implique pour les certifiés la possibilité d’être réaffectés en collège. Inversement, la fusion des deux disciplines, justifiée par la fusion des programmes et l’implantation croissante d’heures de Science Physique-Chimie, dans les classes de la voie STI, permet d’amortir ces suppressions de postes.

Troisièmement, des stages de formation devraient être mis en place en chimie ... Cette formation à l’initiative de l’administration (nous déconseillons formellement aux collègues de prendre sur eux la responsabilité de « demander un formation particulière en chimie (proposition 1) ou de déclarer »avoir les compétences suffisantes (proposition 3)") ne doit pas impliquer une surcharge de travail, par exemple en étant entièrement positionnée hors du temps de présence devant élèves, comme certains rectorats tentent actuellement de l’imposer. Formations sur le temps de travail : un droit : cliquer ici

Calendrier :
Nous avons obtenu un délai supplémentaire pour le rendu de l’enquête de préparation de la formation, initialement prévu le 30 septembre, au 17 décembre, après que l’IPR de Physique Appliquée aura fini la tournée des établissements concernés pour s’entretenir avec les collègues au sujet des besoins de formation.