29 janvier 2015

L’actualité syndicale

Pourquoi la grève le mardi 3 février 2015 ?

Le SNES-FSU Aix-Marseille appelle à la grève nationale les professeurs des collèges et des lycées le mardi 3 février 2015.

Ce mouvement de grève est à l’appel des syndicats de la FSU, de la CGT’Educ’Action et de SUD Education.

Nous sommes contraints de cesser le travail car ils ne parviennent pas à se faire entendre du ministère sur des questions fondamentales.

Education prioritaire : le compte n’y est toujours pas !

Depuis plusieurs semaines, des établissements sont mobilisés pour faire partie de l’éducation prioritaire, mais se heurtent à un contingent établi au préalable de façon comptable. C’est le cas du collège Chateau-Forbin et du collège Anatole France à Marseille, du collège Diderot de Sorgue, des collèges de Bollène et des réseaux des départements alpins. Les lycées classées en ZEP (Lycées Saint-Exupéry, Victor Hugo, Diderot) ne sont toujours pas fixés sur leur sort et dénoncent la tentation manifeste de les exclure de l’éducation prioritaire.

Rentrée 2015 : généralisation des classes bondées !

Tous les établissements de l’académie connaissent maintenant leur dotation pour la rentrée 2015. Elle est insuffisante pour faire face à la montée des effectifs scolarisés et donne lieu à des redéploiements. Les effectifs par classe vont augmenter partout, au détriment de la qualité du service rendu aux élèves. Le ministère annonce la suppression de l’accompagnement éducatif dans tous les collèges, sauf dans les collèges qui sont actuellement en éducation prioritaire. Nouveau recul dont seront victimes les élèves.
Réforme du collège : concurrence et inégalités à tous les étages
En outre, Madame la Ministre s’apprête à annoncer une réforme du collège qui rompt avec les principes de l’égalité d’accès aux connaissances. Les horaires d’enseignement sont réduits, au détriment des disciplines qui fondent le vivre-ensemble et la culture commune, les dédoublements sont laissés à la discrétion des établissements, comme les horaires de certains enseignements (langues vivantes), ce qui représente une mise en concurrence des disciplines, les horaires de la classe de sixième sont à nouveau réduits malgré le fait que les élèves sont déjà à la charge des parents deux demi-journées par semaine. Un tel projet ne peut que renforcer la mise en concurrence des élèves entre eux et l’accroissement des inégalités, en fonction des choix faits au local.


Rémunération des professeurs : à la tête du client !

De nouvelles indemnités devraient être versées à la rentrée 2015 aux professeurs qui assurent des missions particulières (chargés de laboratoire, coordonnateurs, architectes de projets pédagogiques, de voyages scolaires ...). Le projet de décret ministériel prévoit une baisse des rémunérations de certains professeurs, et laisse toute latitude au chef d’établissement pour décider des missions qui seront valorisées, de leur taux de rémunération, ouvrant ainsi à des rémunérations à la tête du client que la profession refuse avec fermeté.
Au cours de la décennie écoulée, le salaire des professeurs du second degré a décroché par rapport à celui des autres cadres de la fonction publique ou celui des professeurs des autres pays de l’OCDE. Leur pouvoir d’achat a fortement régressé. Nos professions connaissent une crise de recrutement et l’Etat est incapable de recruter des jeunes professeurs à hauteur des besoins, faute de candidats.

Réduction des vacances scolaires : une brimade inutile

Sans pour autant augmenter les salaires, le temps de travail augmente du fait de la réduction continue des congés. Ainsi, la prérentrée des professeurs est prévue le vendredi 28 août 2015, brimade inutile à laquelle il faut renoncer en 2015 comme cela fut le cas en 2014.

Autre article sur ce point : cliquer ici

Le point sur la rentrée 2015 : cliquer ici

L’éducation prioritaire à Aix-Marseille : cliquer ici