20 novembre 2008

L’actualité syndicale

Près de 60% des enseignants des collèges et lycées en grève

Très forte mobilisation dans l’éducation,Près de 60% des enseignants des collèges et lycées étaient en grève jeudi 20 novembre

La grève est majoritaire chez les enseignants, CPE, COPsy dans les collèges et les lycées. Dans le premier degré, la grève a été particulièrement forte puisque 3 professeurs des écoles sur 4 était en grève.

Les manifestations, en particulier la manifestation à Marseille qui a réuni plus de 10 000 manifestants (5000 manifestants pour la FSU, plus de 2000 étudiants et lycéens), ont fait la démonstration d’une forte combativité, d’une grande colère et d’une détermination impressionnante.

Les enseignants des collèges et des lycées ont mis au premier plan de leurs slogans la demande d’une autre réforme des lycées que celle que propose Xavier Darcos, la demande d’une revalorisation salariale des métiers de l’éducation, la défense du paritarisme et de la démocratie sociale au sein de l’Education Nationale.

Lycéens et étudiants se sont joints aux enseignants pour défendre la démocratisation des formations de lycées, pour les lycéens, et la défense des concours de recrutement et de la formation des enseignants, pour les étudiants.

En toile de fond, la question des suppressions de postes qui s’amplifient est le socle commun de toutes ces revendications.

Le Ministre doit répondre aux questions, doit entendre les inquiétudes et tenir compte des revendications. Au lieu de cela, il se lance dans un tripatouillage indigne des taux de grévistes, en annonçant par exemple un taux de grévistes dans les lycées impensables (17 % pour Aix marseille). Peut-être pense-t-il, en minimisant la mobilisation dans les lycées, pouvoir faire croire que sa réforme est acceptée, ce qui n’est pas conforme à la réalité.

Le SNES appelle à participer aux manifestations du samedi 22 novembre (14 h à la Poste Colbert pour Marseille) contre la privatisation de la Poste et pour la défense des services publics, dont le service public d’éducation.
Il interpelle solennellement le Ministre et attend impatiemment ses réponses. Il fera aux intersyndicales qui vont se réunir dans les heures qui viennent la proposition d’un nouveau temps fort de mobilisation si ces réponses ne sont pas à la hauteur. Ce temps fort devra être national et unitaire, et devra permettre de poursuivre la mobilisation conjointe des enseignants, des lycéens, des parents et des étudiants. Le SNES fera la proposition que ce temps fort ait lieu d’ici la mi-décembre.

Dans l’immédiat, le SNES appelle à l’action et à la mobilisation permanente dans les établissements, en organisant des distributions de tracts aux parents, des réunions d’information avec l’opinion, l’envoi de courriers aux parlementaires qui votent actuellement le budget 2009 de l’Education Nationale, en diversifiant les modalités d’action localement (grève du zèle, conseil des classe muet, refus de certaines réunions, port de badges, lettres au ministre, signature des pétitions nationale…).

Il organise le déplacement de délégations d’enseignants aux Etats Généraux sur la réforme des Lycées samedi 29 novembre à Paris.
Il appelle les personnels à voter massivement pour le SNES lors des élections professionnelles du mardi 2 décembre 2008, et envoyer ainsi un désaveu cinglant à messieurs Darcos et Sarkozy.

A Marseille, le 20 novembre 2008 18h