Le conseil supérieur de l’éducation vient de rejeter une nouvelle fois le projet de réforme de la voie technologique en votant contre la proposition de programmes présentée par le Ministère.
Dans tous les établissements, colère et inquiétudes sont les sentiments les plus partagés. Transformons les en mobilisation de toute la profession

Le SNES a interpellé le recteur au sujet de la réforme STI en STI2D lors du Comité Académique de l’Education Nationale du jeudi 16 décembre, sur les rythmes effrénés de mises en application de cette réforme pourtant refusée par l’immense majorité des collègues, réforme qui a été rejetée par deux fois au Conseil Supérieur de l’Education (contenu de la réforme puis programmes).

Il s’agit si plus ni moins que de l’abandon de l’enseignement technologique industriel.

Le SNES a ensuite été reçu à la région PACA par le vice président en charge des lycées et le directeur du service.

Vous trouverez ci joint un compte rendu ce dette journée.

Compte rendu de la rencontre entre le SNES et la région PACA
document à télécharger

Dans les lycées technologiques il convient de mobiliser tous les collègues, tous les personnels , les parents, les lycéens pour la sauvegarde de l’outil de travail, contre le démantèlement des ateliers.
Aucune machine, aucun système pédagogique ne doit être bradé par l’administration, le Conseil d’Administration de chaque établissement doit se prononcer à ce sujet.

Dans chaque établissement, organisons des Assemblées générales pour débattre, mobiliser et défendre cette dimension particulière de l’enseignement secondaire qui a fortement contribué à la démocratisation et à l’accès au baccalauréat, aux études supérieurs, à une qualification reconnue par les professionnels de centaines de milliers de jeunes.

Par ailleurs une délégation du S3 a aussi été reçue par les IPR de Physique-chimie et physique appliquée
voir le compte rendu

Compte rendu de la rencontre entre le SNES et les IPR de physique
document à télécharger

enfin signez faites signer la pétition nationale du SNES pour un moratoire de cette réforme