La mobilisation dans les collèges et les lycées ne faiblit pas car pour la quatrième fois depuis la rentrée scolaire un enseignant sur deux était en grève mardi 18 mars. Les mobilisations ont été particulièrement fortes dans les établissements les plus touchés par les suppressions de poste. Quelques exemples : 90% au Collège Vallon de Toulouse, 80 % au Collège Robespierre de Port-Saint-Louis du Rhône, 77% au Collège Mallarmé, 65 % au Lycée Jean Monnet...

La journée de grève a été mise à profit dans de nombreux établissements, ou de nombreuses communes, pour réunir les personnels en Assemblées Générales (à Gardanne, à Arles, à Marseille, par exemple), et informer sur les projets de suppressions de poste (80 000 d’ici 2012), la préparation du Livre Blanc du gouvernement suite aux propositions de la commission Pochard (heures supplémentaires, accroissement de la charge de travail, annualisation, tous pouvoirs aux chefs d’établissements), ou encore sur la fonction publique.

Des distributions de tracts à la population ont été organisées à Aubagne, à Aix, à Marseille, à Avignon. Des affichages sur les suppressions de postes et la politique éducative du gouvernement ont été installés dans les rues d’Avignon et de Marseille.
Les manifestations ont rassemblé 1500 personnes à Marseille et 300 personnes à Avignon.

Nous devons poursuivre et amplifier notre mobilisation car nous sommes aujourd’hui à un tournant pour l’Education et ses métiers, pour la Fonction Publique, pour les Services Publics, pour le type de société dans laquelle nous voulons vivre et travailler.
Nous disons :

Cela suffit ! Halte à la casse de l’école, du collège et du lycée, au sacrifice de toute une jeunesse !

Nous voulons réformer et transformer l’école pour l’améliorer, nous voulons négocier l’avenir du métier d’enseignant, sur de toutes autres bases que celles que le gouvernement veut nous imposer.

De l’argent, il y en a : les milliards de cadeaux fiscaux (15 cette année), les niches fiscales (40 à 50 milliards), les exonérations de « charges » (cotisations) sociales (30 milliards)... Ou encore les milliards en jeu dans les circuits financiers et autres opérations douteuses au niveau mondial qui risquent d’entraîner une grave crise financière...

Nous entendons mener le débat démocratique : quel avenir pour l’école ? Pour quelle société ? Pour quelle justice sociale ? Comment lutter contre les inégalités sociales, scolaires ?

Mais nous dénonçons la volonté invraisemblable et profondément antidémocratique d’un pouvoir qui veut passer en force sur tous le sujets, malgré le dernier coup de semonce reçu.

Dans chaque établissement, nous appelons à réunir les personnels pour informer et mobiliser. Tous les établissements doivent entrer dans l’action, avec l’objectif qu’elle soit majoritaire chez les personnels et soutenue par les parents. Le SNES appelle tous les établissements à venir protester contre les conditions de rentrée

Mercredi 26 Mars à partir de 11 h Devant le rectorat d’Aix-Marseille

avec à midi :pique nique (Sardinade possible ...)

à l’occasion du Comité Technique Paritaire Académique
où le Recteur fera le bilan des CA des établissements

Nous appelons tous les collègues à participer massivement aux manifestations

« Tous ensemble public/privé pour les retraites » du samedi 29 mars (à Marseille : 14 h 30 Porte D’Aix).

La CA nationale du SNES du 19 et 20 mars arrêtera les modalités nationales du plan d’action qui doit nous mener jusqu’à la manifestation nationale pour l’Education du samedi 17 mai (dont un pôle de rassemblement inter-académique sera à Marseille)