20 janvier 2013

Catégories

Référentiel de compétences professionnelles du Conseiller Principal d’Education

Sous prétexte de l’urgence de communiquer aux universités des référentiels de compétences pour les enseignants et les CPE dans le cadre de l’ouverture des ESPE en septembre 2013, un groupe de travail a été convoqué le 18 décembre. Les premiers projets de référentiels présentés alors dépassaient largement cette ambition et remettaient en cause les textes statutaires qui régissent les métiers. Le SNES s’est opposé vivement à la réécriture des missions au détour de tels référentiels sans que des discussions de fond ne soient entamées sur la formation et ses contenus, sur les concours et leurs épreuves, sur les missions elles-mêmes.

Une méthode qui nie le dialogue social

Une nouvelle réunion portant sur l’ensemble des référentiels est convoquée le jeudi 17 janvier avec de nouveaux projets, qui tout en ayant évolué, conservent leurs aspects les plus critiques. Il n’est plus prévu de groupe de travail spécifique sur le métier de CPE comme annoncé. Ces nouveaux projets dépassent l’évaluation des seuls stagiaires et peuvent concerner les personnels sur leur carrière. Les compétences spécifiques aux CPE s’éloignent des textes qui règlementent le métier (décret 70-738 du 12/08/1970, décret 89-730 du 11/10/1989, circulaire du 28/10/1982).

Le SNES refuse cette réorientation du métier qui ne dit pas son nom. Le nouveau projet de référentiel place le CPE en conseiller de l’équipe de direction, coordinateur de la politique éducative de l’établissement et en responsable du service de la vie scolaire. Le CPE y est aussi accompagnateur du parcours de l’élève alors que les enseignants seraient maître d’œuvre de l’organisation et du suivi de ce même parcours. Un glissement s’opère donc.

Certaines compétences sont plus positives et ne posent pas de problème. On note particulièrement que le travail en équipe pédagogique n’est pas oublié, bien que le CPE ne soit pas cité réciproquement dans le référentiel enseignant (si ce n’est dans l’annexe des documentalistes).

En l’état actuel des textes, 17 compétences sont attendues, réparties en 6 chapitres dont 3 sont partagées (à quelques détails près) avec les enseignants :

1) Agent du service public 5) Acteur de la communauté éducative 6) Auteur de son développement professionnel

Les chapitres spécifiques au métier sont :

2) Conseiller de l’équipe de direction et coordonnateur de la politique éducative, impulse et coordonne le projet de vie scolaire

3) Accompagnateur du parcours d’apprentissage des élèves

4) Responsable du service de la vie scolaire, assure une fonction de management dans son domaine de compétences…

Le SNES demande une remise à plat de la méthode et du temps pour que les référentiels correspondent à leur objectif premier : la validation des stagiaires et leur conformité aux missions des personnels, et pour ne pas anticiper sur les discussions prochaines sur la formation, les concours et les métiers.