25 novembre 2012

Nos enseignements

Réforme des lycées et contenus : du nouveau ! (2012)

Quelques avancées pour les lycées : continuer la mobilisation, renforcer la pression, montrer la réalité !

Un Conseil Supérieur de l’Education s’est tenu jeudi 22 novembre 2012. Cette instance consultative rassemble l’ensemble des organisations représentant les personnels ainsi que les usagers et les partenaires du système éducatif. Sous la présidence de N. Sarkozy l’avis du CSE a souvent été tenu pour peu de choses voire complètement contredit dans le cas de la réforme STI2D par exemple.
La nouvelle majorité s’est engagée à tenir compte des avis rendus par le CSE. Dont acte, nous y veillerons !

Sur la réforme du lycée le ministère a annoncé la mise en chantier courant 2013 d’un bilan de la réforme Chatel (sic).

Des ajustements ou une remise à plat plus conséquente seraient ensuite engagés en fonction de ce bilan. Le calendrier sera précisé ultérieurement. Ont été évoqués l’équilibre entre les séries, le statut et le lien entre accompagnement personnalisé et disciplines.

Sur les SES :

Installation d’ici quelques semaines d’un groupe de travail sur les programmes de SES.

Sur les LV et les nouvelles épreuves de baccalauréat :

- des exemples de séquences audio sont proposés dans les 4 LV les plus pratiquées.

- consigne a été donnée aux recteurs de permettre le passage de la compréhension orale jusqu’au troisième trimestre. Cette consigne figure aussi sur le site Eduscol dans la foire aux questions

http://eduscol.education.fr/cid60505/les-nouvelles-modalites-des-epreuves-de-langues-vivantes.html

http://cache.media.eduscol.education.fr/file/Lycee/55/2/FAQLV-V2_216552.pdf ).

- à l’initiative du cabinet, un travail de simplification des épreuves orales est en cours, en particulier en compréhension orale. Le ministère n’exclut pas d’envisager l’an prochain une épreuve ponctuelle à date unique pour l’ensemble des élèves, ou par académie, de façon à faciliter la confection des sujets, avec possibilité de mise en place d’une banque de sujets. L’idée de QCM normalisés « pour améliorer l’égalité de traitement entre les candidats » a été évoquée en séance par le ministère.

Le SNES appelle les collègues à continuer de mettre en évidence toutes les contradictions et les difficultés de ces nouvelles épreuves en alertant les collègues, les élèves, les parents d’élèves et l’administration (le chef d’établissement est le responsable de la bonne organisation de l’examen…)
Nous invitons aussi les collègues à s’organiser localement pour obtenir les moyens d’organiser ces épreuves dans des conditions les plus décentes possibles pour les élèves et les enseignants : demi-journées banalisées pour la préparation, convocations établies par l’établissement, banalisation des cours pour l’ensemble des terminales ces jours-là, rémunérations compensatoires en HSE etc.

En signant la pétition nationale, en faisant voter des motions, en interpellant l’Inspection, il faut continuer par tous les moyens à faire pression sur le ministère pour que ces avancées se concrétisent et ne s’arrêtent pas là.
Par son action sans relâche le SNES a réussi à ouvrir la brèche au ministère sur ce dossier : il faut continuer, d’autres avancées sont possibles !
Voir aussi le compte rendu du stage académique Langues vivantes du mardi 20 novembre.

Sur l’Histoire-géographie en terminale S

 :

Le ministère a soumis au vote un nouvel arrêté concernant l’ensemble des horaires de première et de terminale S, incluant les modifications horaires pour l’histoire-géographie : 2h30 en première et 2 h en terminale.
Le texte initial qui avait été soumis à la commission spécialisée préparatoire prévoyait 2h en première et 2h30 en TS.

Il avait subi les foudres des organisations syndicales : l’intersyndicale SNES-FSU, SE-UNSA, SGEN-CFDT, SNALC-FGAF, CGT Educ’action, SUD Education demande depuis septembre un horaire plus élevé en première qu’en TS, compte tenu du programme envisagé et du fait que les TS ont déjà beaucoup d’heures de cours.

Lors du CSE de jeudi, le SNES a pris acte du rétablissement de l’HG, mais s’est mis en refus de vote sur l’arrêté qui reprenait l’ensemble des termes de la réforme du lycée que nous contestons, et notamment l’aide personnalisée.
Nous avons aussi argumenté notre refus de vote en précisant vouloir travailler les équilibres disciplinaires et les contenus dans les différentes séries avant de figer notre demande d’horaire et de répartition première/terminale pour une discipline.

Quelques avancées en perspective donc, qui montrent que l’action syndicale et la pression du terrain font avancer les choses. Cependant ce n’est pas suffisant et nous devons continuer à faire entendre au Ministre qu’il est urgent de répondre aux besoins et aux attentes du second degré.