3 décembre 2009

Notre vie syndicale

Réforme du lycée ou réforme du second degré ?

La mobilisation de l’an passsé contre la réforme Darcos l’avait montré : la réforme du lycée est l’enjeu de tous les enseignants, en collège ou en lycée, en tant que personnels de l’éducation nationale, en tant qu’enseignants porteurs d’un projet progressite pour l’école, en tant que citoyens.

Le second avatar de cette réforme le confirme : l’objectif de la réforme du lycée n’est pas d’ordre pédagogique, les modifications de structures ne sont qu’habillage.

Nous avons plusieurs fois montré l’objectif budgétaire, la mise en oeuvre de la RGPP dans l’Education Nationale et la suppression de 20000 postes par an, et l’objectif politique, n’accueillir au lycée que les 50% d’une classe d’âge ayant vocation à accéder à la licence.

Le projet de décret que le Ministère prévoit de soumettre au CSE du 10 décembre, dans l’ombre des décrets réformant le lycée, et modifiant le statut et le fonctionnement des EPLE, clarifie encore le véritable objectif du gouvernement. Accélérer et renforcer l’autonomie des établissements de second degré, renforcer le pouvoir des chefs d’établissements.

La réforme Chatel le formule en termes pédagogiques : définition locale des dédoublements, du contenu et de l’organisation de l’accompagnement pédagogique sous l ’autorité du conseil pédagogique. Le projet de modification des EPLE, portant sur les collèges et les lycées le pose, lui, explicitement.

Le conseil pédagogique, nommé par le seul chef d’établissement, voit ses prérogatives étendues par exemple à la « notation et l’évaluation des activités scolaires » et tend à devenir un échelon hiérarchique intermédiaire entre les collègues et le chef d’établissement.

Le CA ne se prononce plus sur les propositions des équipes mais sur les seules propositions du chef d’établisssement qu’il ne peut plus amender.

Mis en regard des profondes modifications des missions des IPR, la volonté est transparente :

- autonomie des établissements,

- autonomie du chef d’établissement,

- mise au pas de nos professions.

Avec à la clef la fin de l’égalité du service public sur le territoire, la concurrence sauvage des établissements et la redéfinition des missions des enseignants.

La réforme du lycée, c’est la réforme des EPLE. Elle nous concerne tous, et à tous les titres.