20 janvier 2014

L’actualité syndicale

Rentrée 2014 : la répartition des emplois

Lors du Comité Technique Académique du lundi 20 janvier 2014, le Recteur a annoncé la répartition des emplois pour la rentrée 2014.

Des orientations intéressantes ...

Le SNES-FSU se félicite de la création de deux emplois de CPE, de deux emplois de médecins scolaires, de quatre emplois d’infirmières et de 4 emplois d’assistantes sociales, qui permettront de mieux travailler en équipes pluri-professionnelles, en particulier dans le cadre du plan d’urgence pour Marseille.

Le SNES-FSU se félicite également du rétablissement de la formation professionnelle en alternance pour les stagiaires lauréats des concours, même s’il demande que tous les stagiaires puissent en bénéficier, ce qui en sera pas le cas.

Enfin, le SNES-FSU se félicite de l’annonce d’un plan de relance pour l’Education Prioritaire.

... Mais des dotations dont la modestie est criante !

Le plafond d’emplois de l’académie pour le programme des Enseignements du Second Degré n’évolue que de + 15 emplois (+0.1%).
Cette dotation n’est pas suffisante pour faire face à l’évolution démographique qui aurait nécessité de l’ordre de 50 emplois supplémentaires pour un maintien des taux d’encadrement.

Certes, l’académie reçoit par ailleurs l’équivalent de 25 ETP en heures supplémentaires mais cette dotation sera entièrement consacrée par la première vague de 10 collèges bénéficiant de la relance de l’éducation prioritaire. L’origine de ces heures supplémentaires est inconnue car le budget de l’Etat n’en fait pas mention.

Concrètement, du fait des évolutions démographiques, les lycées généraux et technologiques gagnent des heures supplémentaires à hauteur de 45 ETP pour faire face à la forte croissance démographique. Le taux d’encadrement continuera à se dégrader dans les LGT à la rentrée 2014.

Les lycées professionnels gagnent l’équivalent de 9 ETP en heures supplémentaires, pour un maintien du taux d’encadrement.

En collège, la baisse des effectifs accueillis est notable dans le Vaucluse, qui perd de ce fait l’équivalent de 18 ETP en heures supplémentaires. La dotation des collèges des Bouches-du-Rhône est stable et fait craindre des effets de redéploiements douloureux entre collèges . Les collèges des Alpes-de-Haute-Provence perdent l’équivalent de 6 ETP et les collèges des Hautes-Alpes perdent l’équivalent de 5 ETP.

Dans les établissements : faire vivre la démocratie sociale !


Les Dotations Globales Horaires sont maintenant entre les mains de la communauté éducative au sein de chaque établissement.

Nous appelons les personnels, les élèves, les parents d’élèves à s’investir pleinement dans la concertation nécessaire au bon usage de ces heures allouées à l’établissement.

La mise en oeuvre du processus de concertation incombe au chef d’établissement, qui doit dans les meilleurs délais informer les élus en CA des dotations, leur remettre les outils nécessaires à une bonne analyse de la situation locale (TRMD et structure de l’établissement, répartition des effectifs), réunir la commission permanente rapidement, et de façon répétée en fonction des échanges avec l’administration académique ou rectorale, réunir le Conseil d’Administration en temps et en heure.

Le conseil d’administration, instance de délibération de l’établissement, est la seule instance apte à prendre des décisions relevant du domaine d’autonomie pédagogique de l’établissement. La ventilation des heures doit être délibérée et votée dans cette instance, dans un esprit de concertation et d’échange entre toutes les composantes de la communauté éducative. Ce travail délibératif, et son aboutissement, doit nécessairement avoir lieu avant que les échelons administratifs supérieurs ne finalisent la première phase de la préparation de rentrée avec la réunion des comités techniques en mars.

Les chefs d’établissement ont clairement annoncé en comité technique académique, par la voix de leur représentant syndical UNSA, qu’ils n’entendaient associer parents, élèves et personnels au travail sur la ventilation des heures qu’après coup, à la fin de l’année scolaire voire en septembre.

Nous appelons les parents d’élèves, les élèves et les personnels à être vigilants quant à la réunion effective des instances de concertation et de délibération de l’établissement, commission permanente, conseil d’administration, tout au long du processus. En cas de refus de réunir le conseil d’administration, il suffit d’ailleurs que la majorité des membres du CA demande que le CA soit réuni.

A rebours des plaidoyers pro-management que tiennent en CTA les représentants UNSA des chefs d’établissement, le moment est venu de renouer avec un fonctionnement plus démocratique des établissements scolaires, associant franchement toutes les composantes de la communauté éducative.

Le SNES-FSU y sera vigilant.

Dans chaque établissement, préparer la rentrée 2014 dans la concertation, la transparence et a démocratie : cliquer ici

Les emplois délégués à l’académie pour la rentrée scolaire 2014 sont-ils suffisants : l’analyse du SNES-FSU en cliquant ici

Bilan de la rentrée 2013 en CTA : Cliquer ici http://www.aix.snes.edu/spip.php?ar...

Rentrée 2013 : Une inflexion, mais pas pour les lycées généraux et technologiques :Cliquer ici

Préparation de la rentrée scolaire 2013 : Cliquer ici

APRES-COUP : Bilan de la rentrée 2014 dans les lycées de l’académie : cliquer ici