Après le drame du Lycée Artaud, le SNES écrit au ministre sur la réforme des STI2D. Plus d’un an après l’arrivée d’un nouveau gouvernement, des ruptures avec les réformes du quinquennat Sarkozy dans le second degré se font urgentes.

La venue du ministre à Marseille est annoncée pour la mi-septembre, sur une thématique Education Prioritaire : Vincent Peillon saisira-t-il cette occasion pour répondre aux attentes des collègues de STI ? Prendra-t-il la mesure du travail empêché induit par la réforme STI2D ?

La question est posée.

Suicide Marseille : Courrier à Vincent Peillon à lire ici

STI : L’alerte du SNES au CHSCT ministériel du 10 octobre 2012

Séries technologiques : les textes en vigueur pour la rentrée 2013

Bac technologique 2014 :les nouveautés

Déqualification des professeurs STMS : C’est NON !

Rentrée 2013 en lycée : Toujours pas d’amélioration !

ARTICLES ANTERIEURS sur notre SITE ACADEMIQUE :

Réforme du lycée, Réforme de la voie technologique ... Profs de physique appliquée et de STI en danger ! (6 octobre 2010)

Formation imposée aux professeurs de Physique Appliquée et de STI (15 octobre 2010) avec en pièce jointe à l’article (en bas de page) le VADEMECUM "secret" que les IPR de STI ont envoyé aux Chefs d’établissements. Chacun appréciera le ton injonctif adopté lorsqu’il s’agit d’énumérer les consignes destinées aux enseignants

REFORME STI, Refuser l’inacceptable ! (22 décembre 2010)

Réforme STI2D : Action ! (27 janvier 2011)

STI STI2D Pas cette réforme là ! (5 février 2011)

STI : un bilan sans appel ! Ré-agissons ! (14 novembre 2011)

Réforme STI2D – STL : Continuer la mobilisation ET travailler face à la réforme
(17 janvier 2012)

Quel avenir pour la STI2D ? (26 juin 2012)

Changement de discipline des professeurs de STI (22 septembre 2012)

STI : Une nouvelle note du ministère qui n’apporte pas de réponses satisfaisantes (27 septembre 2012)

Changement de discipline : compte-rendu du groupe de travail (20 octobre 2012)

Changement de discipline en STI : une nouvelle discipline sur Iprof ! (26 novembre 2012)

STI2D vs STI : une lettre ouverte des enseignants d’A Artaud (8 décembre 2012)

Changement de discipline des professeurs de STI : recours ! (7 février 2013)

Chantier de l’Institut de recherche de la FSU :
L’activité de travail
Sous l’emprise de la réforme des STI (Aix-Marseille)

Publié le 2 février 2011 sur le site national du SNES (voir ici))

Yves Baunay coordonne le chantier "Travail" de l’Institut de Recherche de la FSU (IRHESC). Actuellement, il s’engage dans une recherche sur les évolutions de l’activité des enseignants de l’enseignement technique au regard de la réforme de la filière STI.

Quel est le sens de cette nouvelle recherche sur les enseignants de STI ?

La réforme des STI en 2de modifie le travail prescrit aux enseignants et ses conditions de réalisation. Mais comment chacun(e) fait-il(elle) face à cette nouvelle situation, qu’est-ce que ça change dans son travail réel ? En rendant visible ce travail réel en train de se transformer, on comprend ce qui se joue dans l’activité de chaque individu : plaisir et déplaisir, résistance et conquête de marges de liberté pour faire un travail de qualité, préserver sa santé avec des débats de valeur parfois violents qui traversent les personnes et les collectifs. On mesure l’importance du collectif, des liens complexes entre l’activité individuelle et celle des collectifs informels.

Que font apparaître les entretiens individuels approfondis ?

D’abord, des façons de faire diverses, des situations contrastées selon les individus et les résultats de l’action collective dans l’établissement : horaires, dédoublements, disponibilité du matériel. Partout les enseignants, individuellement ou collectivement prennent leurs distances avec la réforme. Ils travaillent à leur façon, utilisent les marges de liberté, trichent avec le prescrit en fonction de leurs objectifs propres, des valeurs qui les guident. Ce qui est en jeu c’est la recherche d’un travail de qualité malgré tout, dont on peut être fier : un travail reconnu. Pour beaucoup, la réforme crée des obstacles qui heurtent les valeurs de métier et les valeurs personnelles avec un sentiment fort de travail empêché. Mais le sentiment de tricher avec les élèves, avec soi-même, peut devenir intenable et mettre à mal les collectifs. Il laisse des traces sur la santé.

En quoi cette recherche peut-elle aider l’action syndicale ?

Ça n’est pas au chercheur de répondre mais aux syndicalistes, en liaison avec les enseignants concernés. Il y a une contradiction redoutable. : chacun(e), chaque collectif réagit à sa façon. Les collectifs eux-mêmes sont mis à mal. Le défi du syndicalisme est de faire et refaire du collectif à partir d’un vécu et d’activités réelles très diversifiées. Cela interroge de toute façon les savoirs et les pratiques du syndicalisme, l’activité syndicale elle-même.

Propos recueillis par Alain Barlatier et Jean-Philippe Kunegel

Le travail enseignant face à la réforme des séries technologiques

La réforme des séries STI et STL s’applique depuis la rentrée 2010 aux enseignements de Seconde.

En 2012, c’est le tour des série ST2S et STMG de se voir appliqué la réforme alors que ces séries avaient déjà vécu une rénovation en 20O5 et 2006.
Les enseignants n’ont pas été consultés. Des critiques fortes ont été formulées, notamment par le SNES. Beaucoup pensent que c’est l’existence même de la voie technologique avec ses spécificités qui est en cause. Mais au final, c’est la réforme qui dicte aux enseignants ce qu’ils doivent faire, ce qu’on attend d’eux (le travail prescrit).

L’Institut de recherches de la FSU et son chantier travail ont entrepris une recherche sur le thème :

Qu’est-ce que la réforme des STI/STL change dans le travail réel des enseignants des disciplines technologiques ?

Il s’agit de rechercher comment les enseignants dans leur activité concrète, quotidienne, font face à la nouvelle situation de travail créée par la nouvelle organisation des enseignements de STI. : un « enseignement d’exploration SI (sciences de l’ingénieur) de 1 H ½ remplace l’option ISI (initiation aux sciences de l’ingénieur). Un « enseignement d’exploration » CIT (conception et innovation technologique) de 1H et demi, remplace une série d’options de 3 H dont ISP (informatique et système de production). La réforme se poursuivra en première à la rentrée 2011 et en terminale à la rentrée 2012. Une douzaine de baccalauréats de sciences et techniques industrielles allant des matériaux souples à la mécanique, en passant par l’électronique, l’électrotechnique, l’optique… vont être remplacés par un nouveau baccalauréat « généraliste » STI 2D.

Comment s’y prennent les enseignants en charge de ces enseignements d’exploration en STI ? Qu’est-ce que ça change dans leur plaisir ou leurs difficultés ? Qu’est-ce que ça leur coûte éventuellement en termes de satisfaction dans leur travail ? En termes de santé peut-être aussi ? Comment s’y prennent-ils pour faire malgré tout un travail de qualité ? Quelles marges de liberté se donnent-ils et comment les utilisent-ils ? Quels dilemmes, quels conflits internes de valeurs ou de critères sont-ils amenés à trancher dans la réalisation quotidienne de leur activité d’enseignants ?

Pour mener cette recherche, seront réalisées des interviews approfondies auprès d’enseignants de Seconde confrontés à une situation de travail qui est en rupture avec leur expérience précédente, marquée par d’autres réformes, mais qui n’avaient pas un impact aussi profond sur leur travail.
D’abord cantonnée aux enseignants de la série STI, la recherche s’est ensuite étendue à la série STL.

Cette recherche est co-produite par les enseignants volontaires et des chercheurs de l’Institut.

Pour en savoir plus :cliquer ici