20 novembre 2007

L’actualité syndicale

Second degré : une grève suivie à plus de 60 %

La grève dans le second degré a été particuliérement suivie avec un taux de 58% et des scores particulièrement élevés en collège (plus de 60%).

Ils traduisent la forte exaspération des personnels devant l’absence de réponses aux demandes sur l’emploi, les salaires, le devenir des services publics, notamment celui de l’éducation.

En faisant le choix de se désengager et de supprimer 22.900 emplois de fonctionnaires en 2008, dont 13.000 dans l’éducation ( -8800 enseignants dans le second degré), le gouvernement met en péril la réussite de tous les jeunes de ce pays.

En refusant de reconnaître la dégradation du pouvoir d’achat des fonctionnaires (-7% depuis 2000) et de leurs carrières en attaquant les garanties statutaires, il refuse de restaurer l’attractivité de métiers aujourd’hui fortement dévalorisés.

A cela s’ajoute la forte inquiétude des personnels d’enseignement, d’éducation et d’orientation sur les évolutions de leurs métiers . A cet égard, les conditions de fonctionnement du Comité Pochard jettent un discrédit sur la qualité du rapport sur le métier d’enseignant remis au Ministre fin décembre.

Le gouvernement doit aujourd’hui prendre la mesure du mécontentement et ouvrir d’urgence des négociations pour un autre budget, une autre politique éducative, une amélioration des conditions de travail et de retraite des personnels.

Attentif aux décisions gouvernementales, le SNES appelle les personnels à amplifier les mobilisations, poursuivre les campagnes d’opinion.

Lors des rencontres prévues à l’issue du 20 novembre avec les fédérations de la fonction publique et de l’éducation, il proposera à ses partenaires de débattre des modalités de poursuite de l’action.