Après la grève et la manif du 23 Mars, l’action continuait devant l’IA13 où représentants de la FSU (SNES et SNEP), parents et enseignants ont agi toute la journée pour sauver les postes que l’administration veut supprimer.

Mercredi 24 les représentants du SNES et du SNEP ont siégé de 9 heures à 18 heures à l’IA13.

Non pardon, entre 12H30 et 14 H ils ont participé à un rassemblement devant la même IA qui a regroupé une centaine des personnes parents et profs mêlés, unis contre les baisses des DGH avec la FCPE les syndicats de la FSU et l’intersyndicale.
La presse était venue pour rendre compte de la manifestation.

Le CTPD des Bouches du rhône devait statuer sur les ouvertures et fermetures de poste pour la rentrée 2010. dans un contexte de nouvelle diminution des postes, nous avons à nouveau protesté contre la situation inacceptable annoncée pour de très nombreux établissements.
Durant toute la journée, nous avons défendu chaque poste, chaque établissement.

Nous avons pu obtenir la réouverture de 6 postes d’ores et déjà, mais cela ne suffit pas. Nous somme aujourd’hui à 99 postes supprimés, c’est intolérable, cela signifie de nombreuses mesures de carte scolaire qui mettent les collègues dans des situations difficiles et qui fragilise les équipes pédagogiques.

Nous avons donc réclamé, avec l’ensemble des représentants du personnel (SNES SNEP CGT FO et UNSA) un nouveau CTPD extraordinaire qui se tiendra le mercredi 31 mars afin d’obtenir des réponses pour tous les autres postes que nous revendiquons et pour étudier les DGH des établissements qui n’ont pas terminé leur(s) vote(s) en CA.

L’inspecteur d’académie a reconnu la nécessité de prendre en compte les demandes de tous les établissements venus en délégation à l’IA, des réponses seront données lors de ce CTPD extraordinaire.

Avec l’ensemble de la parité syndicale nous avons réclamé l’ouverture de négociations immédiates pour un plan d’urgence pour les collèges des Bouches du Rhône et nous porterons cette revendication au CTPA devant le recteur, jeudi 25 pour l’ensemble des établissements de l’académie.

Nous sommes également intervenus sur la multiplication des compléments de service (860 postes concernés pour les collèges des Bouches du Rhône) et des HSA (7.8% des heures totales) , réclamant une dotation supplémentaire en rappelant que notre département possède un rapport H/E inférieur à la moyenne nationale.

Il nous faut rester mobilisés et amplifier les actions pour imposer notre ambition pour un autre budget de l’éducation et obtenir dans notre département des moyens supplémentaires.

La revendication du plan d’urgence doit prendre corps dans chaque établissement . Chaque S1 doit mobiliser les collègues pour recenser les besoins nécessaires à réinjecter (création de postes) afin que le système éducatif fonctionne correctement.

Ce plan d’urgence doit aussi intégrer nos revendications de réforme de structures (critique du socle commun des connaissances, du livret de compétences en collège, critique du lycée Chatel, proposition pour un lycée et un collège de la réussite pour tous).

Il doit aussi comporter un volet sur la nécessaire revalorisation de nos métiers.
Il pourra être un élément important de la mobilisation des collègues et de l’unité avec les parents, à chacun d’entre nous de s’en emparer et d’y contribuer.

la délégation du SNES SNEP au CTPD

Chantal Locher, Nicole Ichou, Serge Pillé, Michèle Potoudis, Julien Weisz, Alain Barlatier, Vincent Mocquet.

télécharger la motion votée au CTPD
10 pour 10 refus de vote

Motion intersyndicale au CTPD