14 novembre 2010

L’actualité syndicale

Vaucluse : bonne gestion ? Bonne...teau !

Aux abois dès juillet,et après avoir déjà fait les poches de 69 professeurs dépouillés de leurs heures de laboratoire, M. l’Inspecteur d’Académie a tenté de « se refaire » en jouant au bonneteau avec les heures d’enseignement dans les collèges du Vaucluse. Un jeu auquel les élèves et les profs perdent à tous les coups. Mais alors… Qui gagne ?

« Je prends une classe de 6e à Cavaillon, la voici à Orange ! Je cache ces 6 heures de théâtre à Orange, j’en fais une classe à Ste-Cécile... Où sont les profs ? Ici ?... Perdu ! ».

Rafler des heures dans un collège pour les distribuer dans un autre où les classes débordent 15 jours après la rentrée, c’est la méthode inédite « choisie » par M. l’Inspecteur d’Académie « au nom de l’équité et de la bonne gestion de l’argent public ». En réalité pas d’autre moyen que redéployer quand la caisse de la DGH est vide.

Problème : les collèges ponctionnés avaient commencé à fonctionner avec ces heures. Pour certains comme à Mazan, elles étaient si importantes qu’elles ont mérité 2 jours de grève pour être conservées en partie, avec le soutien des parents et du SNES.
Pire, les collèges qui ont reçu des moyens n’ont pas vu forcément leur situation s’améliorer : toute embauche étant interdite, les classes créées ont dû être prises en charge par les seuls professeurs déjà dans l’établissement, sommés de prendre de nouvelles heures supplémentaires. D’où des aberrations pédagogiques comme à Vedène où la nouvelle classe de 6e a... 3 profs en français et 2 en anglais !

Alors, « bonne gestion de l’argent public » ? Quand le résultat est en fait de dégrader partout le service rendu ? Il s’agit hélas bien plus d’une partie de bonneteau. Qui profite à qui ?
Aux 18 764 foyers qui raflent la mise du bouclier fiscal, aux 8871 établissements privés qui, financés par l’argent public mais relativement épargnés par les suppressions de postes, rafleront tôt ou tard la mise des parents déçus.

Bonneteau ou Roulette, Gin Rummy, Poker, Pharaon... Pour l’éducation, c’est la ruine assurée !

ON NE JOUE PLUS !