Réforme du collège, enseignements optionnels malmenés dans de nombreux lycées, mise en concurrence des disciplines les plus fragiles, les attaques ne manquent pas contre les « Lettres classiques », même renommées Langues et Cultures de l’Antiquité.

Pourtant, défendre ces enseignements, ce n’est pas s’enfermer dans une conception patrimoniale et conservatrice de l’éducation, c’est au contraire s’interroger sur la place qu’elles peuvent occuper dans une éducation progressiste.

Cela suppose une réflexion sur les moyens qui leur sont accordés, question prégnante en période de discussion sur les DGH.

C’est l’objectif du stage proposé par le SNES, qui s’adresse bien sûr aux collègues professeurs de langues anciennes, mais aussi à tous ceux –collègues de lettres modernes, d’histoire, de philosophie, de langues vivantes….- qui souhaitent porter ces questions dans leurs établissements et agir pour faire reconnaître que les langues anciennes, c’est moderne !

Pour le modèle de demande d’autorisation d’absence, cliquez ici