Les points marquant de la rentrée

Nos priorités pour l’année scolaire

Mobilisation contre la réforme Ayrault des retraites

Ce communiqué de presse s’inscrit dans le prolongement de la conférence de presse nationale du SNES-FSU, en date du vendredi 30 août 2013, dont le dossier de presse est disponible, sur le site national. Il prolonge le communiqué de presse publié à l’issue du comité technique académique du lundi 25 mars au cours duquel le Recteur a finalisé ses orientations pour la rentrée scolaire 2013 intitulé « Une inflexion, mais pas pour les lycéens généraux et technologiques » :
http://www.aix.snes.edu/spip.php?page=album&id_article=1657

Les points marquants de la rentrée

Le SNES-FSU Aix-Marseille souhaite la bienvenue aux nouveaux collègues qui feront lundi 2 septembre 2013 leur première rentrée scolaire. Qu’ils soient stagiaires lauréats des concours externes, internes ou réservés, admissibles au concours 2014 anticipé, emplois d’avenir professeurs, leur arrivée signe le rétablissement d’une priorité à l’éducation et d’un plan de titularisation que nous n’avons cessé de promouvoir pendant la décennie écoulée. Malgré des dispositifs de formation encore inaboutis, des statuts alambiqués et des rémunérations insuffisantes (Cf. AVS), que nous entendons bien faire évoluer avec eux, par l’entraide entre pairs et l’action syndicale, leur arrivée permet d’étoffer des équipes pédagogiques et éducatives confrontées à des difficultés sociales, et donc scolaires, sérieuses, en particulier dans la région marseillaise.

La mise en place précipitée de ces nouveaux dispositifs de recrutement a mis à rude épreuve les personnels administratifs du rectorat et les élus du personnel, qui ont œuvré une grande partie de l’été en vue de leur bon accueil. Nos nouveaux collègues peuvent maintenant compter sur l’attention de leurs pairs, professeurs, conseillers principaux d’éducation ou conseillers d’orientation psychologues, qui s’apprêtent à partager avec eux leur conception ambitieuse des métiers du second degré (bien que la rémunération des tuteurs soit modique).

Cette relance des recrutements marque une inflexion sensible : la pénurie s’estompe et les besoins non encore couverts à la fin du mois d’août ont baissé de 60% entre août 2012 et août 2013. Cette inflexion est particulièrement sensible dans l’éducation prioritaire après le fiasco qu’a été le mouvement ECLAIR 2012. Mais nous manquons encore de personnels, pour rétablir les taux d’encadrement (Cf. communiqué du 25 mars 2013) ou pour assurer le remplacement. En Lettres modernes, le nombre de titulaires remplaçants passe ainsi de 147 à 124 en une année, et seulement 87 sont encore disponibles après la rentrée ; en anglais, on passe de 88 à 49, et seulement 29 sont encore disponibles ; en mathématiques, on passe de 75 à 58 et 32 seulement sont encore disponibles. Ces chiffres ne manquent pas d’inquiéter les familles qui protestent chaque année à juste titre contre l’absence de remplaçants et le recours à la précarité (embauches par petites annonces).

Plus globalement, le système éducatif ne parviendra à surmonter le défi que représente le renouvellement générationnel de la profession et le recrutement de 60 000 personnels supplémentaires que si un effort significatif est fait pour améliorer l’attractivité des métiers du second degré. Le rendement des concours 2013 montre que la crise de recrutement perdure, quoi qu’en dise la communication lénifiante du ministère. C’est avec ce souci que le SNES-FSU entend participer aux discussions sur les métiers, les carrières et les missions.

Nos priorités pour l’année scolaire

C’est bien dès l’école primaire que se forge un échec scolaire que le collège révèle pleinement. Aussi, nous sommes favorables à la redéfinition des programmes scolaires et du socle commun de compétences, de connaissances et de culture. Nous ne sommes pas opposés à des discussions pédagogiques entre pairs pour faciliter les transitions, de l’école vers le collège, mais aussi du collège vers les lycées qui est une phase cruciale dans le parcours des élèves aujourd’hui ignorée par la refondation. Nous serons attentifs à ce que les parcours scolaires restent pensés dans le continuité de la maternelle à l’université, dans le respect des spécificités de chaque degré. Or, ni la priorité au premier degré, ni l’école du socle, ne sont de nature à répondre aux urgences auxquelles nous sommes confrontés dans les collèges et les lycées.
A l’heure de la refondation, il ne saurait y avoir de génération sacrifiée !

L’éducation prioritaire, en particulier dans la région marseillaise, doit permettre d’assurer la sérénité de la vie scolaire, de renforcer les équipes, de revenir sur des réformes qui instrumentalisent les établissements dans le but d’expérimenter des réformes contestées de gestion des personnels et de relégation sociale et scolaire des élèves (programme ECLAIR). La priorité est d’améliorer les conditions d’étude des élèves dans les classes en diminuant les effectifs et de renforcer les équipes en leur donnant du temps de concertation (cf les propositions du SNES : cliquer ici)
L’austérité frappe également le fonctionnement de l’éducation nationale et nous demandons solennellement que soient abondés les crédits permettant de financer les emplois d’Assistants d’éducation, tout en finançant à hauteur des besoins les actions éducatives. Autour de l’école, il y a urgence à développer des partenariats entre les acteurs publics et les associations pour enrichir l’offre laïque et gratuite d’accompagnement des jeunes dans les différents temps hors-scolaires.

L’Education Nationale a une mission spécifique qui consiste à construire des perspectives d’avenir pour chacun des jeunes qu’elle scolarise. Aussi, l’accès aux qualifications de nos collégiens actuels ne doit pas être entravée par les politiques d’austérité : la situation marseillaise par exemple montre qu’il faut continuer à investir dans l’éducation, par exemple en accélérantla construction de nouveaux lycées polyvalents dans les quartiers nord de Marseille, et en préservant le maillage territorial du service public, en établissements scolaires, en CIO.
Nous entendons également imposer un bilan lucide et objectif de la réforme des lycées Chatelet la correction urgente de ses effets néfastes les plus marquants. Les épreuves de langues vivantes au baccalauréat ne sauraient se dérouler une année de plus dans les mêmes conditions.

Mobilisation contre la réforme Ayrault des retraites

Le SNES-FSU Aix-Marseille prend acte des éléments de la réforme qui traduisent une ouverture vers une prise en compte de nos revendications (égalité homme-femme, temps partiel, rachat des années d’étude, pénibilité) ainsi que de l’abandon de certaines pistes qui auraient particulièrement dégradé la situation des enseignants.

Pour autant, dans une profession en phase de rajeunissement massif, pour laquelle l’entrée dans l’activité se fait en moyenne à 24 ans, du fait des qualifications nécessaires à l’exercice des métiers, l’allongement de la durée de cotisation, couplée au maintien de la décote, impacte fortement les pensions et la durée d’activité des enseignants. En l’absence de dispositif réellement accessible de rachat des années d’étude, en l’absence de réflexion sur la problématique des fins de carrière des professeurs, en l’absence de mesures de revalorisation des carrières, cette réforme place les enseignants face à un choix léonin : travailler jusqu’à 67 ans au mieux, ou partir avec des pensions amputées.

Aussi, le SNES-FSU Aix-Marseille appelle les personnels des collèges, des lycées, des CIO à être résolument dans l’action avec les autres fonctionnaires, à l’appel de la FSU, de la CGT, de FO et de Solidaires, le mardi 10 septembre 2013. Il s’agira pour nous d’exprimer notre refus de ces mesures, de poser la question du pouvoir d’achat, de la revalorisation de nos salaires et de nos carrières, à rebours de ce que propose la Cour des Comptes.

A Marseille, le 1er septembre 2013

A lire également :

Réforme Ayrault des retraites : rupture ? Continuité ! Cliquer ici

La page du SNES sur les retraites : cliquer ici

La page de la FSU sur les retraites : cliquer ici

Nouveautés sur le collège : cycle inter-degré et conseil écoles/collège : cliquer ici

Journal du SNES Aix-Marseille Août 2013 spécial syndicalisation : cliquer ici