Rappel : Dans le cadre de la réorganisation de la carte des formations sur Marseille, et du renforcement de l’offre de formation dans les quartiers nord de Marseille, le Recteur souhaite regrouper les Arts Appliqués dans un seul pôle de formation au lycée Diderot, en vue de constituer une Ecole Supérieure des Arts Appliqués. Le projet concerne l’ensemble des formations Arts Appliqués de Marseille : DSAA, BTS, MANAA, DMA.
Suite à la mobilisation des collègues des différents établissements support, notamment du Lycée Marie Curie, et aux interpellations du SNES, les orientations se sont infléchies sans que le Rectorat renonce à son projet. La volonté a été affirmée de reprendre le projet selon une autre méthode, associant davantage les personnels. Le Rectorat s’est aussi dit ouvert à des propositions d’évolution de l’offre de formation des établissements qui verraient partir les formations d’Arts Appliqués.

La réunion du 4 novembre en présence de L’Inspection Générale, malgré son organisation chaotique et son discours très descendant, voire parfois agressif à l’endroit des interrogations légitimes des collègues, a été l’occasion de prendre la mesure des changements importants à venir sur l’ensemble de la filière. La mise en place du LMD pour la rentrée 2018 implique que les Arts Appliqués soient organisés pour constituer un interlocuteur unique et fort, susceptible de conventionner avec Aix-Marseille Université. Le projet de regroupement s’inscrit dans cette volonté.

Elle impliquerait aussi que le premier cycle de formation en Arts Appliqués (MANAA et BTS) soit réorganisé en une seule formation de 3 ans valant grade de Licence. Le DSAA ne serait pas réorganisé dans l’immédiat, son obtention valant déjà grade de master 1. Les maquettes et référentiels du nouveau diplôme en 3 ans ne sont pas connus à ce jour. Le SNES Aix-Marseille relaie les inquiétudes des collègues auprès du SNES national, ainsi que la nécessité que les enseignants d’Arts Appliqués soient davantage associés au pilotage de cette réforme.

Au niveau académique, un groupe de travail réunissant les coordonnateurs du DSAA travaille aujourd’hui autour de l’Inspection pour évaluer la faisabilité concrète du regroupement. Si les locaux du lycée semblent bien en mesure d’accueillir les 4 mentions du DSAA, en revanche la question se pose pour l’ensemble des formations, surtout compte tenu de leur allongement à 3 ans.

C’est pourquoi le rectorat s’oriente aujourd’hui vers un transfert des 3 mentions du DSAA à Diderot pour la rentrée 2017, et un transfert probable des autres formations en 2018. Le rectorat se laisse ainsi le temps d’examiner de plus près la faisabilité et les modalités de ce transfert.

Lors du CTA du 18 novembre, (voir ici) qui portait un point à l’ordre du jour sur les évolutions de la carte des formations, nous avons à nouveau dénoncé la méthode adoptée initialement mettant les personnels devant le fait accompli au lieu de les associer à la réflexion sur un projet pédagogique pouvant apporter une véritable plus-value aux formations d’Arts Appliqués.

Pour le SNES, si l’hypothèse d’un transfert du DSAA pour 2017 et des BTS, DMA et MANAA pour 2018 était retenue, il est indispensable :

  • D’associer beaucoup plus étroitement les enseignants, et notamment ceux de BTS à la préparation du transfert
  • De prévoir un transfert unique en deux temps et non deux transferts successifs, afin que l’utilisation des locaux intègre d’emblée l’arrivée des BTS, DMA, MANAA dans leur nouvelle configuration de formation en 3 ans.
  • D’entendre la perte que constituerait l’accès au plateau technique de Jean Perrin et de chercher les moyens de la compenser
  • D’anticiper fortement les conséquences en termes de travaux et d’achat d’équipement afin que les rentrées se fassent dans les conditions optimales indispensables à la réussite des étudiants
  • D’accorder une attention très particulière aux enseignants concernés, qu’ils soient en poste spécifique national ou enseignants des disciplines générales. L’investissement massif de ces derniers dans les formations, et les conséquences des décisions en cours doivent en effet recevoir une reconnaissance affirmée de l’institution
  • De renforcer l’offre de formation des établissements fragilisés par le départ des formations en Arts Appliqués, et de garantir le maintien de leur taux d’encadrement lors de l’attribution des DGH pour la rentrée 2017.

Le SNES continuera de suivre ce dossier au plus près en relayant les revendications des personnels. Il appelle tous les établissements à exercer la plus grande vigilance concernant leur offre de formation et les évolutions envisagées par le Rectorat.

Adhérez au SNES-FSU Aix-Marseille :l’adhésion en ligne, c’est ici