La ministre a répondu à la lettre commune du SNES-FSU et du SNEP-FSU en date du 19 mai 2015 (télécharger la réponse de la ministre).

Sans parler d’abrogation, elle reconnaît toutefois que la réforme suscite une opposition large de la profession et souligne les principaux points de désaccord (autonomie, conception de l’interdisciplinarité, modulation des horaires sur le cycle 4 prévue dans l’arrêté, devenir de certains enseignements).

Cette reconnaissance est à mettre à l’actif de la mobilisation et des expressions diverses de contestation chez les personnels comme chez certains parents d’élèves.

Le SNES-FSU, demandeur d’un autre collège pour 2016, rappelle qu’il refusera toute discussion sur une circulaire d’application qui serait de fait une façon d’entériner la réforme. Il n’acceptera de discuter que sur des textes réglementaires (décret ou arrêté).

Attaché à maintenir l’unité, le SNES-FSU continue de travailler avec l’intersyndicale qui construit la mobilisation. Il est en effet plus que jamais nécessaire de maintenir la pression et d’amplifier les mobilisations :

- en signant et faisant largement signer la pétition intersyndicale,

- en participant aux rassemblements ou initiatives programmées le 4 juin à l’occasion de la journée nationale des collèges,

- en faisant grève le 11 juin.

L’importance des actions et de la mobilisation est un élément essentiel pour peser dans les discussions que la ministre semble vouloir ré-ouvrir pour « préciser le cadre donné actuellement par le décret et l’arrêté sur l’organisation des enseignements au collège » (sic).
N’hésitez pas à nous faire remonter toutes les actions que vous pourrez mener.

Portail académique « Réforme du collège » : cliquer ici