Après de longs débats, les missions des CPE sont actualisées dans une nouvelle circulaire. Le SNES a obtenu le renforcement de leurs responsabilités éducatives et la clarification de leur rôle dans le suivi individuel et collectif des élèves.

L’animation et l’organisation de l’équipe "vie scolaire" restent une responsabilité spécifique, sans que le CPE ne se transforme en chef de service. Les missions spécifiques et celles partagées avec les autres acteurs sont mieux explicitées. Une des avancées majeures sur laquelle le SNES a particulièrement pesé, concerne la précision de leurs obligations de service à « 35 heures hebdomadaires inscrites à leur emploi du temps ».

Les CPE peuvent se voir confier, avec leur accord, des missions particulières (IMP) dans les mêmes conditions que les enseignants. Sur le terrain, il reste à faire appliquer cette circulaire.

Des questions sensibles entre les CPE et leur hiérarchie directe devraient pouvoir s’apaiser mais la vigilance doit être redoublée et les services rectoraux sensibilisés afin que les dérives constatées sur le temps de travail ou sur les missions déléguées soient enrayées.

Nous serons à nouveau à l’offensive sur la reconnaissance de la question de la charge de travail et sur les créations de postes nécessaires. L’alignement du ratio de promotions Hors Classe sur celui des certifiés (depuis 2013) et l’alignement de l’indemnité forfaitaire des CPE sur la part fixe de l’ISOE des enseignants (non encore acté mais qui devrait l’être rétroactivement au 1er septembre) constituent deux mesures catégorielles importantes.

Les élus CPE du SNES