12 septembre 2013

L’actualité syndicale

Douze propositions pour les collégiens et lycéens des quartiers nord de Marseille

Vincent Peillon était en déplacement à Marseille lundi 16 septembre, pour une visite dédiée à la problématique de l’éducation prioritaire dans les quartiers nord de la ville.

Le SNES-FSU Aix-Marseille a demandé à être reçu. Il a remis au Ministre un document de 4 pages que nous vous présentons ci-dessous, contenant 12 propositions pour refonder l’éducation prioritaire dans les quartiers nord de Marseille.
A lire in extenso et à diffuser largement !

Le plan d’urgence du SNES-FSU pour les quartiers populaires de Marseille expliqué sur BFM TV : à regarder ici

Le SNES-FSU présente le plan d’urgence sur France 3 Méditerranée (Journal du vendredi 13 septembre 2013) :à regarder ici

Le reportage sur la visite du Ministre sur France 3 Méditerranée (Journal du lundi 16 septembre 2013 ) : à regarder ici

Le Talk de Marsactu invite le SNES-FSU pour réagir après la visite du Ministre de Vincent Peillon : à regarder ici (durée 12 minutes)

Refonder l’éducation prioritaire dans les quartiers Nord de Marseille ?

Chiche !

Un plan d’urgence pour les collégiens des quartiers nord de Marseille

Les collégiens, les lycéens de Marseille, c’est l’avenir de notre ville. Ce sont les marseillais de demain, des citoyens en devenir, des élèves en demande de réussite scolaire, de voies d’accès aux qualifications et au travail, des jeunes en quête d’activités sportives, culturelles ou artistiques. Cela peut aussi devenir une cible, un public exposé et démuni face à tous les risques de la crise sociale, à toutes les sollicitations des réseaux en marge de la société républicaine.

Pour le SNES-FSU, il ne saurait y avoir de génération sacrifiée :
il y a urgence à prendre en charge la problématique des adolescents dans les quartiers défavorisés de la ville.

Voilà pourquoi nous avons élaboré ce document, en guise de contribution à un grand débat public que nous appelons de nos vœux, associant tous les acteurs de terrain. Cette contribution est le fruit de l’expérience acquise au plus près des réalités sociales par les professeurs, les conseillers principaux d’éducation, les conseillers d’orientation psychologues, les personnels de vie scolaire des collèges et lycée publics. Trop souvent, ils se trouvent être, avec les forces de l’ordre, les seuls représentants de la République dans des quartiers abandonnés de la collectivité depuis de trop longues années.

Les quartiers Nord de Marseille, ce sont 30% de la population marseillaise, 39 % des élèves du second degré, 45% des collégiens, mais seulement 28% des places dans les lycées généraux et technologiques de Marseille.

Les 12 propositions du SNES-FSU Aix-Marseille pour les collèges et les lycées de l’éducation prioritaire de Marseille :

1) Abaisser les effectifs des classes progressivement à 20 élèves maximum en 5 ans (50 emplois en 2014 pour les ECLAIR, puis 30 emplois par an sur 4 ans pour les collèges RRS), et dédoubler la moitié du temps scolaire (augmentation de 4% par an du H/E pendant 4 ans), en commençant par exemple par le français.

2) Renforcer les vies scolaires en injectant 70 emplois d’assistants d’éducation ou d’assistants pédagogiques, en dotant chaque établissement d’une infirmière et une assistante sociale à temps plein, maintenant deux CPE.

3) Libérer du temps pour les équipes pédagogiques en attribuant une heure hebdomadaire de décharge à tous les professeurs dès la rentrée 2014 (100 emplois).

4) Une réponse immédiate adaptée aux non-lecteurs : Un groupe par niveau de collège pour les élèves non-lecteurs à 12 élèves maximum dès la rentrée 2014

5) Conforter la cohésion des équipes en partageant à parts égales la prime ECLAIR entre tous les collègues dès 2013, en la refondant dès 2014 en une NBI sensible revalorisée et étendue à tous les établissements de l’éducation prioritaire, revenir sur les fonctions et missions qui distinguent un petit nombre au détriment de tous et brisent les solidarités d’équipe.

6) Stabiliser les équipes en démocratisant le fonctionnement des établissements, en rendant les équipes maîtresses de la définition du projet pédagogique, en offrant une formation continue renforcée, en facilitant le travail avec les élèves.

7) Créer un corps de médiateurs sociaux, en concertation avec les collectivités territoriales : qualifiés, formés et dotés d’un statut pérenne, pour accompagner les élèves et les familles en dehors du temps scolaire, faire le lien entre le système éducatif, les centres sociaux, les associations et les familles.

8) Relancer l’aide aux associations laïques et gratuites, aux autres services publics, en concertation avec les collectivités territoriales et les autres ministères, pour retisser du lien social dans les quartiers aujourd’hui abandonnés par la collectivité.

9) réinscrire l’éducation prioritaire dans le droit commun en fixant pour objectif, au-delà de la maîtrise du socle, un accès égal aux poursuites d’étude au-delà du collège.

10) offrir des possibilités d’accès aux qualifications à tous les collégiens en améliorant la transition troisième/seconde, en développant l’offre de formations de second cycle dans les quartiers Nord, par la construction de nouveaux lycées, et rendant possible l’accès à toutes les voies des lycées.

11) inscrire la politique éducative dans la durée en traçant des orientations garanties nationalement et en sortant des dispositifs dépendant des contingences locales et de la bonne volonté des uns et des autres


12) Réunir sans délai une Table Ronde sur
Marseille associant tous les acteurs de terrain, de l’éducation nationale, des autres ministères, des services sociaux, des associations laïques, l’Education Nationale, la Préfecture et les collectivités territoriales.

Pour lire la suite, télécharger le 4 pages en PDF ci-dessous