26 novembre 2011

Notre académie, nos établissements

Grève du zèle « Evaluation » : Le lycée de Luynes à la pointe !

Lire l’article de la Provence : http://www.laprovence.com/article/a-la-une/des-profs-muets-aux-conseils-de-classe-du-lycee-de-luynes

Après discussion je vous envoie quelques précisions sur la façon de « faire le conseil de classe silencieux ».
Tout d’abord, je rappelle que nous avons l’obligation (de service) de remplir les bulletins : notes + appréciations et de participer aux conseils de classe ... mais on peut très bien ne rien dire !!!

Deux cas de figures se présentent (j’improvise ... je ne vais pas penser à tout ... on complétera par la suite) :

1. On participe au conseil de classe en tant que « simple professeur » (d’une discipline) ...

2. On participe au conseil de classe en tant que professeur principal (et aussi d’une discipline) ...

Le conseil de classe commence ... On demande à lire la déclaration (j’espère que dans chaque conseil il y aura un volontaire (c’est une déclaration très courte !!))

1. La 1re situation : « simple prof d’une discipline » (volontaire pour l’action). :

Pour le tour de table (si tour de table il y a) : on dit que l’on a rien dire sur la classe (par exemple)
on peut être plus précis en se déclarant "que l’on participe à la grève du zèle et que l’on a rien à dire ...

Par la suite, à chaque fois que le CE (chef d’établissement) nous interpelle ... on n’a rien à dire (sur tel élève, sur tel fait .etc ..)... à mon avis il n’insistera pas.
S’il y a insistance ... il faut que l’on fasse « bloc contre le CE » ... etc ... etc ...

2. La 2e situation : professeur principal (PP) de la classe ...
D’habitude on « co »-préside le conseil de classe ... et on prépare les synthèses (alors que ce n’est pas notre travail !!)

Le « PP gréviste du zèle » ne prépare pas les synthèses (pas de tableaux de notes) , il n’apporte pas les bulletins ... et dès qu’il est interpellé, il dira : « je n’ai rien à dire sur cette classe » « ou sur cet élève » etc... .

Il faut que l’on soit une forte majorité à participer à cette action, qui ne coûte rien sauf peut être de « baisser dans l’estime de notre proviseur » ...
Pour nous, je crois que c’est une question de dignité ... il fallait que l’on réagisse !!

DECLARATION LUE dans les CONSEILS de CLASSE :

Pour protester contre le projet de modification des procédures d’évaluation des personnels d’enseignement, d’éducation et d’orientation, les professeurs du lycée Georges Duby observeront le silence durant les conseils de classe du premier trimestre.

En effet, outre qu’elles prévoient le gel des promotions jusqu’en 2015, et laissent tout pouvoir au chef d’établissement quant à la progression de carrière, ces mesures auraient pour conséquence une transformation radicale des missions des professeurs dont la fonction d’enseignement deviendrait secondaire.

Les professeurs affirment avec force que leur rôle est avant tout de faire acquérir des savoirs, de développer l’esprit critique et de former la réflexion de leurs élèves, et que c’est sur ces seules missions que doit porter leur évaluation. Cette dernière ne peut donc être confiée à des chefs d’établissement, qui n’ont pas de compétence particulière dans les différentes disciplines.

Les professeurs du Lycée Georges Duby alertent les élèves et leurs parents sur les dangers qui pèseraient à terme sur la formation dispensée dans les établissements scolaires si de tels projets étaient mis en œuvre.

INFORMATION AUX PARENTS :

Bonjour,
Les enseignants du lycée Duby ont choisi dans leur grande majorité d’opérer une grève du zèle ces prochaines semaines. En effet, un projet de décret visant à modifier en profondeur l’évaluation des enseignants est proposé par le ministère de l’Éducation Nationale. Les contours de ce décret sont totalement inacceptables. Un élément central du dispositif doit être porté à votre connaissance car il impacte sur la qualité de l’enseignement dispensé aux élèves :

L évaluation des enseignants ne relèvera plus que du seul chef d’établissement. Cela signifie que notre travail en salle de classe ne sera plus évalué à compter de 2012. Le chef d’établissement n’ayant pas les compétences nécessaires pour « évaluer » la pédagogie et nos compétences disciplinaires, le cœur du métier de professeur ne sera plus évalué. En d’autres termes l’enseignant n’aura d’autre choix que de porter toute son attention et ses efforts sur les tâches aujourd’hui secondaires, c’est-à-dire celles qui ne relèvent pas directement de l’acte d’enseignement (orientation, projet, tutorat, actes administratifs...).

Face à cette nouvelle attaque en règle contre notre profession, nous sommes contraints d’organiser une riposte à la hauteur de la violence du coup porté. La grève du zèle que nous engageons dès à présent se traduira par :
- La tenue de conseils de classe silencieux, durant lesquels les équipes pédagogiques ne formuleront pas d’avis. Les professeurs principaux ne rempliront pas l’avis global sur le bulletin (puisque cette tâche incombe normalement au chef d’établissement)
- L’annulation des épreuves communes et des bacs blancs jusqu’au retrait du décret.
- Le refus des professeurs de participer aux divers projets qui ne relèvent pas de nos obligations de service (entretiens, conférences d’orientation etc)

- Une grève est par ailleurs prévue le 15 décembre.

Si toutefois le gouvernement persiste dans cette voie à la rentrée de janvier, les professeurs du lycée envisageront une extension de la grève du zèle.

Cordialement.

Les professeurs du lycée G. DUBY