Le bulletin académique du lundi 12 février transcrit pour notre Académie les règles nationales concernant le jour de carence.
Bulletin académique n° 769

Instauré sous la mandature Sarkozy et supprimé sous celle de F. Hollande, le jour de carence n’ a pas tardé à revenir dans les cartons du Président Macron.
Ainsi, depuis le 1° janvier 2018, lorsqu’un fonctionnaire est malade, il n’est plus payé le premier jour de son arrêt.
Le SNES-FSU a toujours combattu cette mesure, qui n’a même pas fait la preuve de son efficacité en matière d’économies ! Les études montrent en effet qu’il y a augmentation du nombre d’arrêts plus longs, essentiellement parce que les agents attendent davantage avant de consulter le médecin et que de fait, lorsqu’ils le font, leur état de santé s’est aggravé, nécessitant plusieurs jours d’arrêt.
Dans nos professions, il est aisé de souligner les conséquences possibles sur la santé des collègues et des élèves qui nous sont confiés. Belle conception des questions de santé publique !
Rappelons que dans le privé, 70% des salariés bénéficient de la prise en charge des journées de carence par l’employeur.
Sous couvert de « justice », cette mesure n’ est donc qu’ une brimade à l’égard des agents de la Fonction Publique. Le SNES-FSU réclame sa suppression immédiate.