21 juin 2018

Nos mutations, notre mobilité

Mutation Intra Académique des CPE 2018 : Bilan

La qualité du mouvement et la satisfaction des demandeurs sont en grande partie déterminées par le nombre de postes offerts au mouvement. Pour cela, le SNES-FSU agit pour un recrutement à la hauteur des besoins du système éducatif et revendique l’arrêt de l’affectation des stagiaires comme moyens d’enseignement et, par ailleurs, le déprofilage des postes spécifiques académiques ne nécessitant pas de qualifications particulières.

Les mutations en quelques chiffres :
- 138 candidats à mutation
- 46 obtiennent un poste fixe et 8 une ZR
- 6 postes restés vacants après le mouvement et 2 fermés

Le projet du rectorat concernant les opérations de mutation prévoyait 34% de demandes satisfaites sur un poste fixe et 5% sur une Zone de Remplacement (https://aix.snes.edu/bonne-arrivee-aux-nouveaux-tzr-et-quelques-petits-rappels-pour-les-anciens.html).
Grâce aux vérifications effectuées par les commissaires paritaires SNES-FSU, plus d’une quinzaine de collègues ont obtenu une mutation ou ont été améliorés dans leurs vœux. Cela représente une augmentation de 10% des demandes satisfaites, et près de 28% de modifications du projet des autorités académiques.
Au vu de ces résultats, nous ne pouvons qu’encourager les collègues aspirant à une mobilité à ne pas se censurer lors de leur demande de mutation, un certain nombre de postes non vacants se libérant au cours des opérations. Nous nous tenons à votre disposition pour tous renseignements ou conseils stratégiques.

Nous constatons aussi une petite augmentation des demandes de dossiers médicaux, 13 ont été déposées, 8 ont été bonifiées (mais moins de la moitié obtiennent satisfaction sur leurs Géo de préférence). Le nombre de postes vacants important a permis néanmoins à tous de muter même s’ils ne finissent pas tous près de leurs zones de soins ou d’habitation et nous nous interrogeons sur les modalités d’attribution des bonifications cette année...
A l’issue du mouvement, 2 postes restent vacants dans les Alpes et nous emmènent aussi à nous interroger sur le profilage de poste de Barcelonette. 11 titulaires de zone de remplacement ont obtenu une mutation sur poste fixe et faute de titulaires entrants en nombre suffisant, 4 Zr seront fermées.
. Le SNES continue à demander l’affectation des stagiaires en formation comme moyen supplémentaire dans les établissements à besoin afin notamment d’éviter les compléments de service artificiels qui rendent difficile l’entrée dans le métier. La prise de responsabilité du stagiaire doit être facilitée, l’accompagnement et la formation privilégiés.

Malgré ce travail dans l’intérêt des collègues, le gouvernement a la volonté de remettre en cause le paritarisme. Dans l’objectif de « renforcer le management de proximité », le gouvernement entend limiter le rôle de vos élu-e-s dans les CAP (commissions administratives paritaires). Le gouvernement s’attaque à votre droit d’être informée et défendue dans l’ensemble des actes de gestion qui vous concerne.
Qui sera en mesure de garantir l’équité de traitement lorsque les promotions, les affectations ou plus de sanctions disciplinaires seront laissées à la discrétion de l’administration ?

Ensemble, soyons déterminés à défendre le paritarisme. C’est la garantie collective du respect des droits de chacun et de tous. C’est pourquoi nous vous appelons à signer dès maintenant la pétition (http://fsu.fr/Pour-le-respect-de-nos-droits-PAS-TOUCHE-AUX-CAP-ET-CHSCT.html) et à apporter votre vote aux listes présentées par le SNES et par la FSU à l’occasion des élections professionnelles de décembre afin de signifier clairement au gouvernement votre attachement au paritarisme et aux rôles que jouent vos élu-e-s.