Contrairement à certains concours de l’éducation nationale qui peinent à trouver des candidats, le concours de CPE reste très attractif avec 6749 inscrits, même si seulement la moitié se présente à l’écrit.
Pour ne pas perdre de postes supplémentaires car certains candidats réussissent plusieurs concours, le SNES-FSU demande, comme chaque année, auprès des présidents de jury et de la Direction Générale des Ressources Humaines l’ouverture de listes complémentaires aux concours. Le refus de l’administration
aboutit à perdre encore des postes qui s’ajoutent à ceux non pourvus.


Environ 50 postes en moins au concours externe de CPE.

Ce sont plus de 20 % de stagiaires en moins à la rentrée 2018 alors que dans le même temps le
nombre d’élèves attendus dans le second degré augmente de 36000

Avenir du concours et de la formation
L’année 2019 sera la dernière session du concours comme nous le connaissons actuellement.
Le ministère envisage d‘en modifier l’organisation pour 2020 en portant l’admissibilité à la troisième année de licence et l’admission à la fin du master.
Le master MEEF ne serait ouvert qu’aux lauréats et ceux-ci deviendraient contractuels durant ces deux années avant l’admission.

Le SNES-FSU ne peut accepter ce projet qui fait entrer les nouveaux collègues dans le
métier par la précarité.

Concernant les concours et la formation initiale,le SNES-FSU demande que ces nouvelles modalités soient construites en collaboration avec les personnels et en lien avec l’Université, avec les moyens suffisants pour préparer au métier dans toutes ses dimensions. L’entrée progressive dans le métier doit permettre la construction d’une réflexion critique et non la mise en oeuvre de prétendues bonnes pratiques.

Pour les CPE, elle devra en outre passer par une remise à plat des épreuves du concours qui doivent être enfin en conformité avec les attendus du métier définis par le référentiel de 2013 et la circulaire de 2015.

Le SNES-FSU défend depuis toujours et continuera à défendre un recrutement par concours qui ouvre droit au statut de fonctionnaire offrant des garanties, notamment la sécurité de l’emploi et du déroulement de la carrière.