29 novembre 2018

Notre vie syndicale

Redistribution des richesses, pouvoir d’achat et transition écologique

Redistribution des richesses, pouvoir d'achat et transition (...)

Redistribution des richesses, pouvoir d’achat et transition écologique

La baisse du pouvoir d’achat des français se confirme depuis près de 10 ans. La hausse de la taxation des produits pétroliers, qui contribue à l’amplifier, est à l’origine d’appels à la mobilisation depuis quelques jours. Initiés sur les réseaux sociaux, qui les ont largement diffusés, ces appels ont été relayés par de nombreux médias.

La droite et l’extrême droite instrumentalisent cette colère avec l’espoir d’en récolter les fruits politiques et de la transformer en fronde antifiscale. De son côté, le gouvernement justifie l’augmentation de ces taxes par la nécessité de financer la transition écologique. Or, elles représentent environ +3,2 milliards d’euros qui ont essentiellement pour objectif de compenser les cadeaux fiscaux aux plus riches, comme la suppression de l’ISF (4 milliards) ou la baisse de l’impôt sur les sociétés (-2,4 milliards). Celle-ci devrait se traduire par la hausse des dividendes versés aux actionnaires des plus grandes entreprises, alors que la France est championne du monde dans ce domaine, selon le rapport OXFAM.

La FSU 13 agit pour une réorientation des choix budgétaires, ici combattus. Elle tient à réaffirmer son opposition à ces cadeaux fiscaux qui ne bénéficient qu’à une minorité de gens aisés, au détriment du plus grand nombre et de l’intérêt général. L’impôt indirect est particulièrement injuste, et il faut rendre à l’impôt sur le revenu son caractère progressif et redistributif.

Les salaires sont bloqués depuis plusieurs années, notamment avec le gel du point d’indice des fonctionnaires. Déjà frappés par la hausse de la CSG et la désindexation des pensions sur l’inflation, les retraités ne cessent de voir leurs conditions de vie régresser.

Chaque nouvelle hausse des impôts indirects est une baisse supplémentaire du pouvoir d’achat des Français, encore plus durement ressentie par les plus faibles qui ne peuvent, par ailleurs, accéder aux vecteurs d’économie d’énergie. Les défis de la transition écologique rendent donc indispensable une augmentation des salaires et des pensions afin de permettre à tous-te-s de les relever.

Pour affronter ces défis et les mettre en œuvre au niveau local, notre société a besoin d’entreprises publiques renforcées et de services publics de proximité, que ce soit en matière d’énergie ou de transport en commun, de recherche, d’éducation… Or ces secteurs sont pleinement touchés par les suppressions de postes massives, inscrites dans le projet de budget 2019 et par des réformes structurelles qui les détruisent (projet CAP2022).

La FSU 13 réaffirme son attachement à une fiscalité juste et redistributive, mettant à contribution tous les revenus, y compris ceux du capital immobilier comme financier, afin d’assurer des services publics de qualité sur l’ensemble du territoire et d’engager une politique ambitieuse et cohérente pour la transition écologique.

Le combat en faveur de la transition écologique est indissociable du combat en faveur de la redistribution des richesses.

SAMEDI 1er DECEMBRE :

Appel à manifester à 14H place de la Préfecture contre la vie chère et pour l’augmentation des salaires (avec CGT…).

Puis jonction avec la manifestation contre le logement indigne : 15H Notre Dame du Mont (avec les associations de quartier).