23 janvier 2019

Notre académie, nos établissements

Rentrée scolaire 2019 : les taux d’encadrement décrochent !

Rentrée scolaire 2019 : les taux d'encadrement décrochent (...)

Mercredi 23 janvier 2019, le Recteur de l’académie d’Aix-Marseille annonce au Comité Technique Académique la façon dont il entend répartir les moyens d’enseignement pour la rentrée scolaire 2019 (pour lire l’article sur le contexte national : cliquer ici) .

La hausse démographique du nombre d’élèves à scolariser dans le second degré s’accentue, et elle devrait se prolonger au moins jusqu’en 2025 (enquête INSEE commanditée par le rectorat). Ainsi, la population scolaire des collèges et des lycées de l’académie va augmenter de 2517 élèves, soit +1.24 % (dont 2047 en collèges, soit + 1.78 %, dont 1725 dans les Bouches-du-Rhône, soit + 2.17%).

Ce contexte démographique supposerait que l’académie se voie dotée de 191 emplois d’enseignants supplémentaires pour maintenir les taux d’encadrement actuels. Selon la présentation du ministère, seulement 39 emplois supplémentaires sont attribués à l’académie d’Aix-Marseille au lieu des 191 attendus.

Car le gouvernement a fait le choix budgétaire de supprimer 2650 emplois dans les collèges et les lycées, malgré l’augmentation démographique. Ce choix politique va se traduire par une nouvelle dégradation des conditions d’étude des élèves, en particulier dans les collèges, où les classes sont toujours plus surchargées et les temps de travail en groupes réduits de plus en plus rares. Les carences du système de remplacement vont s’aggraver, faute de personnel disponible pour cette mission.

En outre, la présentation ministérielle est insincère car elle dissimule 2285 des 2650 suppressions d’emploi, sous la forme de transformations d’emplois en heures supplémentaires. Pour l’académie d’Aix-Marseille, il y a ainsi 83.5 emplois d’enseignants qui sont supprimés et transformés en heures supplémentaires. Le solde est donc de 39-83.5= - 44.5 emplois d’enseignants dans les collèges et lycées de l’académie, pour 2517 élèves de plus à scolariser.

Les emplois ainsi supprimés sont des emplois qui sont cette année occupés par des personnes, qui travaillent actuellement auprès des élèves. Il y aura donc bien l’an prochain moins d’adultes pour assurer les enseignements auprès de nos jeunes : moins de professeurs titulaires, les départs en retraite n’étant pas remplacés, moins de personnels non-titulaires, certains ayant été remerciés en cours d’été, moins de jeunes professeurs stagiaires, les postes aux concours étant réduits.

Le recours aux heures supplémentaires ne suffit pas à compenser le manque de personnes effectivement disponibles pour assurer les heures d’enseignement ou le remplacement, d’autant plus que, dans les faits, les professeurs à plein temps acceptent déjà deux heures supplémentaires en moyenne.

Depuis 2002, le taux d’encadrement s’est déjà fortement dégradé dans les collèges et les lycées de l’académie, comme le montre le graphique ci-dessous :

Les documents du rectorat montrent ainsi que, malgré le poids de l’éducation prioritaire, les classes de collège sont plus remplies que la moyenne nationale (25 élèves par division en moyenne), et que les classes de lycées ont vu leurs effectifs augmenter à 30 élèves en moyenne l’an dernier.
Le rectorat annonce 4.5 % des moyens de l’académie consacrés au remplacement, mais la moitié de ces moyens sont consacrés dès la rentrée à compenser la pénurie de personnels sur les postes vacants. Il faudrait que le potentiel de remplaçants disponibles en cours d’année soit de l’ordre de 6 % pour assurer correctement les remplacements.
Actuellement, un professeur n’est pas remplacé par le rectorat quand son congé maladie est inférieur à trois semaines.

Evolutions à la rentrée 2019

En outre, 9 emplois d’administratifs sont supprimés, prélude à la fusion des académies qui pourrait conduire à compter de 2020 à supprimer des emplois dans les rectorats.

PROCHAINES MOBILISATIONS :

MARDI 5 FEVRIER 2019 : à 11 h au Vieux-Port. Manifestation interprofessionnelle pour les salaires, l’emploi et le pouvoir d’achat

Mais aussi :

MERCREDI 20 MARS 2019 à 14 h devant le Rectorat : rassemblement des établissements pour dénoncer les conditions de rentrée 2019

Refus de la deuxième HSA : cliquer ici

Le SNES-FSU et la FSU appellent nationalement les personnels, actifs et retraités, à participer aux actions qui auront lieu mardi 5 février 2019 dans le cadre de la journée d’actions interprofessionnelles pour les salaires, l’emploi et les services publics.
A Marseille, une manifestation partira à 11 h du Vieux-Port.

Le SNES-FSU Aix-Marseille appelle à réunir des Assemblées Générales dans tous les établissements, ou bien des heures mensuelles d’information syndicale, pour informer tous les collègues sur les conséquences concrètes des réformes lycées / baccalauréat / Parcoursup, sur les suppressions de poste à la rentrée 2019, qui frappent particulièrement les collèges et l’éducation prioritaire, et sur l’insuffisance des rémunérations, indiciaires et indemnitaires, qui touchent particulièrement les métiers de l’éducation. Le gel du point d’indice et le rétablissement du jour de carence, l’imposition d’une deuxième HSA, sont particulièrement contestés.
Dans le cadre de ces assemblées générales, les collègues sont invités à s’engager dans les modalités d’action qui seront les plus rassembleuses : partout où il est possible d’entraîner une majorité de collègues, les assemblées générales sont invitées à voter la grève. Là où cette modalité d’action reste minoritaire, on pourra poursuivre collectivement l’action par des voies diversifiées : refus de davantage d’HS (pétition en ligne), refus d’être PP, boycott des réunions facultatives, réunions obligatoires silencieuses, utilisation des réseaux sociaux, organisation de réunions publiques avec les familles, participation offensive et revendicative aux réunions locales organisées pour le Grand Débat National...

Le secrétariat académique appelle les collèges à se mobiliser contre la baisse des dotations pour la rentrée scolaire 2019 et organise un rassemblement devant le rectorat le mercredi 20 mars 2019 à 14 h. Il appelle à poursuivre les mobilisations contre les trois réformes qui touchent les lycées (réforme des enseignements, réforme du baccalauréat, réforme de l’accès à l’Université Parcoursup), en particulier en oeuvrant partout, dans les conseils pédagogiques, les commissions permanentes et les conseils d’administrations, pour les maintien des enseignements et des postes. En collège comme en lycée, les collègues sont appelés à déterminer les modalités d’action diversifiées qui rassemblent le plus grand nombre. Si des décisions de grève sont prises sur la question des DGH, nous invitons les établissements à choisir prioritairement la date du 5 février 2019, ou à défaut les dates des CTSD (le 1er février dans le 13 et le 84).

Le secrétariat académique soutient toutes les mobilisations syndicales en cours, et appelle à y participer, qu’elles aient lieu pendant le temps de travail ou en dehors du temps de travail. Le SNES-FSU Aix-Marseille rappelle qu’un préavis national de grève est en cours et que tous les établissements peuvent s’en saisir à tout moment. Nous appelons à participer aux rassemblements des AED AESH les mercredi 30 janvier et 6 février 2019 à 14 h devant la DSDEN 13, aux manifestations des retraités le jeudi 31 janvier 2019 qui partira à 10 h du Vieux-Port , au rassemblement devant la Mairie de Marseille le lundi 4 février à 7 h 45 contre les PPP et le logement insalubre, et aux mobilisations du mardi 5 février 2019 (à Marseille, manifestation à 11 h depuis le Vieux-Port).