15 octobre 2018

Notre vie syndicale

Éducation nationale : grève le lundi 12 novembre !

Éducation nationale : grève le lundi 12 novembre !

Communiqué national, lire ici

Rendez-vous des manifestations :
> Marseille - 10h - Vieux Port - Canebière
> Avignon - 10h devant la Cité administrative, en bas du cours Jean Jaurès
> Gap - 10h15 devant la DSDEN 05
> Digne - 10h30 devant la DSDEN 04

Intersyndicale du second degré SNES-FSU, SDEN CGT, SUD Education, SIAES-FAEN, SNEP-FSU, SNUEP-FSU de l’académie d’Aix-Marseille

A Marseille, le lundi 15 octobre 2018

Face aux attaques sans précédent contre le service public d’éducation à cette rentrée, les syndicats SNES-FSU, SNEP-FSU, SNUEP-FSU, CGT-Educ’Action, SUD Education ... se sont rencontrés pour faire ensemble le bilan de la rentrée scolaire 2018 dans l’académie d’Aix-Marseille.

Ils constatent que les collèges de l’académie voient leurs effectifs croître du fait de la hausse démographique, sans que les moyens humains en vie scolaire, en accompagnement éducatif ou en enseignement ne soient abondés en regard. Les collèges de l’académie ont accueilli 1750 élèves pour 40 emplois supplémentaires. Il en fallait trois fois plus pour maintenir le taux d’encadrement !
La hausse démographique dans le second degré étant appelée à se prolonger durant plusieurs années, ils s’étonnent que les collectivités territoriales ne programment pas les constructions nécessaires pour accueillir les élèves.

L’intersyndicale dénonce les suppressions de postes annoncées pour la rentrée 2019 dans les collèges, les lycées et les services administratifs : les postes créés dans les écoles ne peuvent être financés par une dégradation des conditions d’étude des adolescents, dont les difficultés sont connues.
Alors qu’elle a été rejetée par la majorité des représentants des personnels, la réforme du lycée se met en place à marche forcée, l’administration ayant déjà commencé la préparation de la rentrée 2019. Les annonces de suppression de postes dans le second degré ne font que confirmer le constat que l’objectif de cette réforme soit essentiellement budgétaire. La réforme du baccalauréat est inacceptable.
L’intersyndicale dénonce la réforme de la voie professionnelle et exige une reforme garantissant la pérennité des moyens, l’amélioration des conditions de travail des PLP et une formation de qualité pour nos élèves. Elle refuse la mise en concurrence de la voie professionnelle par l’apprentissage et s’opposera à toute diminution de moyens. Elle exige, conformément au voeu unanime des organisations syndicales au CSE du 10 octobre 2018, le gel de l’application de la réforme à la rentrée 2019 et l’ouverture de véritables négociations sur la revalorisation de la voie professionnelle.

Les personnels constatent sur le terrain que la crise sociale continue à faire sentir ses effets délétères. Des quartiers entiers sont à l’abandon et l’éducation est le seul service public présent. Cela devrait conduire à une relance vigoureuse de l’éducation prioritaire dans les quartiers populaires et les zones périurbaines. Alors que le ministère annonce un report à 2020, les organisations syndicales demandent que l’engagement d’une révision de la carte à l’automne 2018 soit tenu afin d’y intégrer de nouveaux établissements. L’éducation prioritaire ne s’arrête pas à la fin du collège et les lycées généraux, technologiques et professionnels doivent être réintégrés dans la carte de l’éducation prioritaire. L’ensemble des personnels, notamment les AED, doivent bénéficier de l’indemnité. A minima, le dispositif transitoire doit être prolongé dans l’attente de la nouvelle carte, et l’indemnité maintenue dans son intégralité.

Les organisations syndicales rappellent l’importance du paritarisme dans le fonctionnement de l’Institution scolaire, dénoncent les projets de réforme de la fonction publique dits « CAP 2022 », et appellent les personnels à manifester clairement leur attachement aux instances paritaires menacées de disparition ou de marginalisation (CAP, CHSCT, CT…), en participant largement aux élections professionnelles qui se dérouleront du jeudi 29 novembre 2018 au jeudi 6 décembre 2018.

Les organisations syndicales affirment qu’elles sont déterminées à prendre toutes les initiatives nécessaires pour défendre le service public d’éducation, la fonction publique, la protection sociale et le code des pensions au cours de cette année scolaire 2018 / 2019 qui s’avère cruciale. Elles enjoignent les personnels à s’informer, s’organiser, se syndiquer, se mobiliser.

Elles appellent la profession à se mobiliser et à participer aux manifestations le lundi 12 novembre 2018.

A Marseille, la manifestation partira à 10h du bas de la Canebière pour aller à la DSDEN 13, boulevard Nédelec, en passant par le Cours Belzunse, la rue d’Aix et la Porte d’Aix. une délégation sera reçue à la DSDEN et remettra les courriers revendicatifs que les établissements auront transmis aux syndicats.