Trop, c'est trop !

Jeudi 12 décembre 2019 : nouvelle grève nationale !

A Marseille à 14 h, Canebière, au niveau de Noailles

pour un cortège unitaire de toute l’éducation avec la FSU

(Ordre interpro : FO, FSU et éducation, CGT, Solidaires)

A Aix-en-Provence, en haut du Cours Mirabeau à 14 h

A Istres, devant la Mairie à 14 h

A Arles, au Kiosque à musique à 14 h

A Avignon, devant la Préfecture du Vaucluse à 11 h 30

Samedi 14 décembre à 11 h sur le site pétrochimique de Lavera : meeting unitaire

SIMULATEUR RETRAITES : etmaretraite.fr

Après le 5 décembre, on continue ! Cliquer ici

Retraites, salaires et conditions de travail : tous en grève mardi 10 décembre Cliquer ici

SIMULATEUR RETRAITES :}} etmaretraite.fr

Les enseignants doivent se défendre. La réforme des retraites annoncée est une véritable spoliation : réduire les pensions de 20 à 30 %, c’est réduire la rémunération du travail dans des proportions inacceptables pour une catégorie déjà sous-payée.
Des compensations ? On peut croire au père Noël ! Mais Emmanuel Macron a lui-même écarté cette hypothèse lors de son intervention à Rodez : dix milliards pour les enseignants ? Vous n’y pensez pas ! Au programme, par contre : réduction des vacances scolaires, accroissement du temps de travail, missions supplémentaires, multiplication des activités, individualisation et management plus pressant. Car il faudra bien que ces fainéants accroissent leur productivité ...
Les outils sont en place, avec la loi de transformation de la fonction publique votée cet été par une Assemblée de godillots : comme à France télécom, mise en extinction du recrutement de titulaires au profit de l’embauche de contractuels, individualisation des salaires, des missions et des carrières, sous la houlette du supérieur hiérarchique direct, le chef d’établissement, car il faut bien un patron dans le dos de chaque fonctionnaire.
Attentat contre la démocratie sociale : les CHSCT sont supprimés en pleine vague de suicides et de souffrance au travail, les commissions paritaires sont amputées de leurs prérogatives sur les mutations et les carrières. Problème de barème, de voeux, projet d’affectation erroné ? Plus de contrôle par les représentants des personnels, livré au bon vouloir de l’administration... « Oui, notre Monsieur, oui notre bon maître » ! Les droits des fonctionnaires sont maintenant inférieurs à ce qu’ils étaient sous Vichy.
Pourquoi cette frénésie, cet acharnement ? Sans doute parce que le projet éducatif de ce gouvernement est élitiste et rétrograde, comme le montrent les programmes de lycée, l’affaiblissement de la voie technologique, le démantèlement des lycées professionnels au profit de l’apprentissage précoce, et la sélection à l’université.
Alors oui, il n’y a pas d’autre choix, il faut se mobiliser. « Cela ne sert à rien », diraient quelques munichois en salle de profs ? Et que nous apporterons docilité, servilité et défaitisme ?
Cela n’a que trop duré ! Avec le SNES-FSU, dans l’unité, en marche vers la grève générale à compter du jeudi 5 décembre 2019.

Laurent Tramoni

Laurent Tramoni appelle à la mobilisation le 5 décembre.*



Pourquoi faut-il rejeter et combattre la réforme des retraites ?



5 décembre 2019, les raisons de la colère chez les personnels de l’éducation nationale.*