11 novembre 2019

Notre vie syndicale

Retraites, salaires, conditions de travail : Tous en grève mardi 17 décembre 2019

Retraites, salaires, conditions de travail : Tous en grève mardi 17 décembre (...)

Pour des photos ou des vidéos de la manifestation à Marseille mardi 17 décembre 2019, consultez :

https://www.facebook.com/SNESAixMars/

ou

https://twitter.com/snesaixmars?lang=fr

La grève du mardi 17 décembre est majoritaire et en hausse par rapport à celle du 10 décembre. Les manifestations furent denses, dynamique et fournies. Pas de trêve ! On continue ...

Le communiqué du SNES-FSU après les annonces d’E Philippe : cliquer ici

Le gouvernement s’obstine : amplifions la mobilisation !

Les agent-es de la fonction publique, tout comme les salarié-es du privé, se sont à nouveau largement mobilisé-es lors de la journée unitaire du 10 décembre.
D’ores et déjà, nos organisations CGT, FA, FO, FSU et Solidaires réaffirment leur soutien à toutes et tous les agent-es qui, dans de nombreux secteurs, ont décidé de reconduire la grève.

Elles dénoncent la minoration systématique effectuée par le gouvernement des taux de grévistes particulièrement visible notamment dans la Fonction Publique Territoriale.
Les annonces faites par le Premier Ministre lors de son allocution au CESE ne répondent en rien à la légitime et majoritaire hostilité au projet de loi Retraites largement exprimée par les actions, la grève et les manifestations. C’est pourquoi, nos organisations y restent totalement opposées.

Nous dénonçons la volonté de division du pouvoir pour affaiblir le mouvement alors même que ce projet va accentuer les inégalités et détruire les solidarités.
Nous refusons la double peine pour les femmes dans la fonction publique qui découlerait de la mise en place de ce projet malgré les déclarations d’intention du gouvernement sur l’égalité femmes / hommes.
Profondément attachées à la solidarité, nous refusons la division entre générations et catégories professionnelles et de laisser nos jeunes collègues subir cette réforme.
Nous n’accepterons jamais de sacrifier nos enfants et petits-enfants. Pour nous, la retraite à 64 ans, c’est non.

Plus que jamais, nous continuons à revendiquer :

▪ Une amélioration et une consolidation de nos retraites, avec le maintien des régimes existants, notamment le Code des pensions civiles et militaires et la Caisse nationale de retraite des agents des collectivités locales, ce qui passe par le retrait du projet gouvernemental

▪ Le maintien de la catégorie active pour tenir compte des spécificités dans les trois versants de la fonction publique et une meilleure prise en compte de toutes les formes de pénibilité

▪ Des augmentations générales de salaire avec, en particulier, une revalorisation immédiate du point d’indice et l’attribution de points d’indice supplémentaire de manière uniforme.

▪ Des créations d’emplois statutaires dans les nombreux secteurs qui en ont besoin, et un plan de titularisation des contractuels.

▪ La défense des missions publiques et donc l’abandon de toutes les formes d’externalisation et de privatisation.

▪ Le renforcement du Statut Général, garantie pour le citoyen d’un service public neutre et impartial et, par voie de conséquence, l’abrogation de la loi dite de transformation de la Fonction publique.

Le Président et le gouvernement doivent nous entendre et vite, car nous ne céderons pas !

S’agissant des revalorisations de carrière annoncées – qui oublient de nombreuses catégories professionnelles, comment accorder le moindre crédit à des interlocuteurs qui refusent systématiquement et depuis des années la moindre augmentation de la valeur du point, d’un coût pourtant nettement inférieur ?

Nos organisations syndicales soutiennent et partagent l’appel interprofessionnel du 10 décembre « à poursuivre et renforcer la grève y compris reconductible là où les salariés le décident. Elles appellent à organiser des actions de grève et de manifestation localement le 12 décembre, puis le week-end, et de faire du 17 décembre une nouvelle journée de mobilisation interprofessionnelle massive de grèves et de manifestations. »

Fait à Paris, le 11 décembre 2019

MISE A JOUR MARDI 10 DECEMBRE 2019 :

La grève du mardi 10 est à nouveau majoritaire. Mercredi, Edouard Philippe doit annoncer quelques mesures pour les enseignants, pour un coût total de 500 millions d’euros. Pourtant, Emmanuel Macron expliquait en novembre à Rodez qu’il faudrait 10 milliards par an pour les salaires des professeurs afin de compenser la dégradation des retraites ! 20 fois plus ! Le SNES-FSU chiffre en effet à 1500 € par mois l’augmentation salariale mensuelle moyenne qu’il faudrait pour compenser la baisse des retraites provoquée par l’abandon des six derniers mois.

Si les annonces ne sont pas à la hauteur mercredi : On continue !

C’est la raison pour laquelle le SNES-FSU appelle dans l’unité à une nouvelle date de convergence de tous dans la grève et les manifestations jeudi 12 décembre 2019, avec des manifestations unitaires à 14 h à Marseille, à Aix-en-Provence, à Istres et à Arles. Tous ensemble, public et privé !

Nous demandons le retrait du projet de réforme des retraites, l’abrogation de la loi de transformation de la Fonction Publique et du décret qui supprime le paritarisme, des augmentations de salaires immédiates et sans contrepartie. Une harmonisation par le haut des régimes de retraite est possible, elle est finançable en améliorant le partage des richesses créées au profit des salariés.

De nouvelles manifestations seront organisées samedi 14 novembre.
A Marseille, le vendredi 6 décembre 2019,

Dans l’action à partir du 5 décembre pour l’abandon du projet de réforme Delevoye-Macron des retraites

Réforme des retraites

75% des personnels d’enseignement, d’éducation et d’orientation, AESH, sont en grève aujourd’hui. Même s’il reste fidèle à la manipulation habituelle des chiffres, le ministère de l’éducation nationale est obligé d’annoncer une grève majoritaire dans le second degré. Ce niveau de mobilisation est historique. Il illustre la colère et la détermination des personnels.

Colère devant un projet qui organise une baisse systématique des pensions pour toutes et tous.

Colère devant les propos du ministre de l’éducation qui promet des revalorisations : comment y croire quand le Président de la République a lui même écarté cette possibilité à Rodez ?

Colère devant les perspectives avancées par le Ministre qui conditionne toute revalorisation des salaires à un alourdissement de la charge de travail et un allongement de la carrière.

Colère devant le mépris d’un ministre qui affirme que les personnels ne comprennent pas tout et ne répond à aucune de leurs revendications depuis son arrivée rue de Grenelle.

Le projet de réforme des retraites du gouvernement, fondé sur l’individualisation, met fin à toutes les solidarités et ne donnerait plus aucune visibilité sur le montant des pensions. La mobilisation des personnels du second degré est donc aussi celle de la défense d’un modèle social avec le droit à une retraite digne pour toutes et tous, ce qui implique un autre partage des richesses.

Le SNES-FSU apporte dès maintenant son soutien aux reconductions qui auront été décidées collectivement,appelle à tenir des assemblées générales et heures d’informations syndicales dès le 6 décembre afin de débattre des suites du mouvement. D’ores et déjà, le SNES-FSU appelle à un nouveau temps fort national de grève le 10 décembre.

Appel de l’intersyndicale Education Bouches-du-Rhône du jeudi 5 décembre 2019 FSU, CGT’Educ’Action, SUD Education, CNT SO

Dans l’éducation les taux de grévistes et la participation aux manifestations sont historiques. Les enseignant.es et les personnels de l’éducation dans leur ensemble, qui sont parmi les principales victimes désignées par le gouvernement, ont compris qu’ils étaient exposés au risque d’une perte de revenu de pension considérable, aussi bien qu’à l’obligation de prolonger considérablement leur carrière. A Marseille nous n’avions pas vu une telle manifestation unitaire depuis très longtemps. Elle donne des bases solides pour la suite.

  • C’est pourquoi l’intersyndicale éducation des Bouches du Rhône appelle à poursuivre l’action dans l’unité et à l’amplifier jusqu’au retrait du projet.
  • Elle soutient les initiatives de reconduction de la grève qui seront prises dans les établissements, les écoles, les services, dès demain et dans les jours suivants.
  • Elle appelle les personnels à participer et à contribuer à la réussite d’un nouveau temps fort de mobilisation nationale interprofessionnelle dès la semaine prochaine, qui fasse puissamment rebondir l’action du 5 décembre.
  • Elle appelle à ancrer démocratiquement le mouvement à la base pour construire unitairement une grève massive et solide, capable d’imposer le retrait de la réforme Macron-Delevoye des retraites.
  • Elle appelle à participer au rassemblement unitaire du Samedi 7 décembre à 14.00 aux escaliers de la Gare St-Charles.

Après le 5 décembre, on continue ! cliquer ici

Trop, c’est trop ! L’édito du SNES-FSU Aix-Marseille de décembre cliquer ici

Texte intersyndicale

Pourquoi faut-il rejeter et combattre la réforme des retraites ?



5 décembre 2019, les raisons de la colère chez les personnels de l’éducation nationale.